Parfaits ou libres d’être ce qu’on est?

IMG_0874Denise Noël

Voici un extrait, adapté pour ce blogue, d’un passage du livre que je suis en train d’écrire.

Si tout va bien, ce livre, plus court, simple et concret que mes 2 autres, sera illustré!

 

Pour partir du bon pied

et vous rendre où vous voulez

épousez votre réalité telle qu’elle est

faites les yeux doux à votre vérité

même si elle n’est pas maquillée

pas comme vous voulez,

si vous l’épousez sans la trafiquer

avec coeur et curiosité

elle va vous libérer, vous faire vibrer, vous harmoniser

et vous accorder à ce que vous souhaitez

 

« Vous avez tendance à snober et rejeter ce que vous vivez, sous prétexte que ce n’est pas assez hot, cool, beau, brillant, gentil, évolué, fort ou extraordinaire ?

Vous vous sentez éteints, vides, déconnectés, à côté de vos bottines, imposteurs?

Vous êtes coincés entre « ou je suis parfait ou je suis rejet, ou je l’ai tout de suite ou je prends la fuite, ou je l’ai toute ou je l’ai pas pan toute »?

Vous vous mettez de la pression pour répondre aux attentes des autres et aux vôtres (Il Faut).

Quand vous n’y arrivez pas, vous ne vous sentez pas à la hauteur, pas assez?

Vous vous tapez alors sur la tête et vous n’avez plus le goût de jouer (Fuck You)?

 

Pourtant, rejeter ce qui vous habite est la crazy glue qui vous cimente à vos malaises et vos cercles vicieux!

Plus vous luttez contre ce que vous vivez, plus ça vous colle après, plus ça prend du pouvoir sur vous, plus vous êtes tendus, coupés de l’effervescence de la vie, pris dans un univers inhospitalier et plus la joie vous file entre les doigts.

Au contraire, en embrassant ce qui se passe maintenant en vous, vous serez libres d’être amoureusement imparfaits, vrais, vivants, uniques et présents!

Vous pourrez alors capter les élans, les inspirations, les mouvements de vie qui émergent de cette connexion pour avancer sur le chemin unique qui vous rapproche de votre coeur et de ce qui vous tient à coeur.

 

Il  y a une clé pour libérer la vitalité de votre vraie présence et de vos inspirations, à partir de ce que vous vivez dans le moment.

Grâce à cette clé, fini de juger et rejeter ce que vous êtes ou n’êtes pas, ce que vous sentez ou pas, plus besoin de pédaler dans votre tête pour être plus ceci ou cela!

Terminés les  » pourquoi ça m’arrive à moi, qu’est-ce qui marche pas avec moi, j’aurais donc dû, maudit que je suis poche, looser, pas rapport! »

 

La pratique

Que ce soit négatif ou positif, laid ou beau, fort ou faible, glorieux ou honteux, je vous invite à utiliser la clé simple et concrète qui suit face à ce qui est présent en vous.

Elle va vous connecter à votre nature amoureuse et créatrice pour entrer en relation avec ce qui se passe en vous d’une manière qui vous comble, vous surprend, vous anime…

Elle va vous ouvrir avec coeur et curiosité à ce qui a besoin d’être aimé et libéré en vous face à ce que vous rencontrez…

et vous permettre de découvrir de nouvelles avenues dans ce qui vous heurte ou vous frustre.

Enfin, vous pourrez exprimer votre vérité, sans vouloir avoir raison, avec une qualité de présence qui fait toute la différence, pour vous et pour les autres!

Vous êtes prêts?

1- Dites avec un grand soupir de soulagement, en laissant glisser votre attention sur l’expiration et en faisant vibrer le ahhh dans votre corps:

– ahhh… ce qui m’habite maintenant est parfait pour aimer et créer!

Attention, le soupir de soulagement et les ahhh vibrants  sont aussi importants que les mots!

Ils vous sortent de votre tête, déposent votre attention dans votre corps vibrant (gorge, poitrine, ventre) et vous connectent avec un abandon libérateur à ce qui vous habite.

En restant ouverts et curieux face à ce que vous ressentez dans votre corps, vous vous brancherez à votre source de vie, d’amour et d’inspirations.

Vous passerez peu à peu d’absents à présents, d’éteints à vivants, de forcés à naturels, de contractés à détendus.

Répétez ces mots en faisant vibrer vos ahhh jusqu’à ce que vous sentiez une éclaircie, une respiration, un apaisement, une vitalité, un élan, une inspiration…

Restez attentifs, sans forcer, à ce qui émerge spontanément que ce soit des émotions, des mots, des inspirations, des élans, des mouvements.

 

Vous pouvez ensuite vous demander:

– qu’est-ce qui a besoin d’être aimé ou libéré en moi face à ce que je rencontre maintenant?

Pas besoin d’avoir une mega estime de soi ou des capacités spéciales pour faire cette pratique.

Il s’agit plutôt de recevoir tout ce qui nous vient comme des dons de la vie qui visent à nous rapprocher de notre coeur et de ce qui nous tient à coeur.

Et si ça ne marche pas pour vous? Eh bien, ouvrez-vous avec coeur et curiosité à ce que vous ressentez face à cet échec en disant:

– ahhh… c’est parfait pour aimer et créer!

Qui sait quelle belle possibilité de vous aimer, vous libérer et vous exprimer  vous pourriez découvrir à travers cet échec?

 

2- Puis, en observant le niveau de votre vitalité, demandez-vous quel en est le degré entre 0 et 10.

0: « j’ai  juste le goût de m’effoirer devant la télé en mangeant des chips ou du chocolat pour le reste de vie »

5:  » c’est correct, je fonctionne mais je n’ai pas vraiment de pep dans la foulée ou d’étoiles dans le yeux »

10: « j’ai une joie, un élan, une flamme qui m’animent de l’intérieur, qui me donnent le goût de fredonner, faire une p’tite danse, sourire, aimer tout le monde, créer du beau et du bon. »

Si c’est moins que 10, demandez-vous ce que vous avez besoin de laisser émerger ou s’exprimer pour monter d’un ou deux degrés ou pour être à 10.

Écoutez et suivez ce qui vous vient:

que ce soit un goût de danser, chanter, courir tout nu dans le salon, rire, pleurer, vous laisser toucher, exprimer une vérité, un besoin, de la gratitude, lâcher un contrôle, essayer quelque chose de nouveau en vous permettant l’erreur, faire des hugs à vos proches, suivre un élan…

 

Vous pouvez faire cette pratique en prenant le temps d’écouter ce qui se passe en vous, ou au coeur de l’action et de vos interactions, pour vous laisser surprendre parce ce qui va émerger de ce contact libérateur.

 

Les clés de mon prochain livre 

vous font faire un mariage heureux entre votre nature amoureuse et créatrice et ce que vous vivez maintenant pour vous sortir de vos impasses et retrouver votre liberté d’être, d’aimer et de créer dans la joie.

Les participants d’un groupe d’Improrelations les pratiquent quotidiennement et quand ils les font à fond, ils ont des des résultats aussi surprenants que réjouissants.

 

Rappelez-vous!

Vous ne pouvez  pas obliger la vie ou les autres à se conformer à vos attentes, mais vous pouvez découvrir des perles dans ce que vous vivez, en l’abordant avec des attitudes et des intentions créatrices et amoureuses.

Ce n’est pas ce que vous vivez qui vous rend mal ou bien, c’est Qui en vous l’aborde, dans quelle intention et avec quelle attitude.

Donnez-m’en des nouvelles!

Et si vous vous rappelez des moments où vous vous êtes enlevés du chemin pour vous laisser porter par une impulsion amoureuse et créatrice, racontez-nous comment ça s’est passé dans les commentaires vous risquez d’en inspirer d’autres!

 

 

 

Publicités

Comment on fait pour embrasser ce qu’on n’aime pas?!

 

Comment on fait pour embrasser ce qu’on n’aime pas ?!

 

Je me réveille l’autre matin avec un malaise dans la poitrine, genre gros tas d’œufs brouillés gris sale. Berk!

J’essaie d’être présente à ce magma intérieur pour me faire du bien… et n’y arrive pas. Rien ne s’ouvre, rien ne s’anime. Mon brouillon-brouillé s’accroche à moi comme une sangsue.

C’est que le corps vibrato ne peut simuler l’orgasme : seule la vérité du cœur, cette beauté nue, le fait vibrer et respirer d’aise.

La vérité du cœur c’est quoi encore?

Ce qui m’habite maintenant, tel que c’est (sans artifices, drames ou justifications), auquel je m’ouvre avec bienveillance, dans l’intention de retrouver ma liberté d’être, d’aimer et de créer.

Ou, si vous préférez, pour me faire du bien et être pleinement présente, ouverte, vibrante, libre.

Au lieu de lutter contre mon échec à embrasser ce malaise, je dis en inspirant profondément : ceci est parfait pour aimer et créer pour la plus grande joie de tous.

Ça permet à mon cœur, mon corps et mon esprit de s’ouvrir plus grand.

J’ai la sensation que deux ailes se déploient autour de moi pour tout envelopper, tout porter : je viens de prendre de l’expansion et de me mettre en état de découverte amoureuse en me reliant aux immenses bras, chaleureux et fluides, du Cœur Créateur.

Je saisis alors la première vérité à accepter : je résiste subtilement à ce qui m’habite.

Je juge ce que je sens, rien de bon ne peut venir de ça, alors je fais mine de l’embrasser pour m’en débarrasser au plus sacrant!

En fait, mon mental isoloir a réussi à m’imposer sa perception de la réalité comme étant LA réalité : ce que je sens n’est pas simplement un ressenti, c’est ce que je suis réellement et, si je l’embrasse, je vais rester prise dedans éternellement. L’enfer quoi!

Il varie parfois son discours en me disant que cette fois-ci, ce sont vraiment mes circonstances extérieures qui me rendent mal et non ma réaction à elles.

Pourtant, je sais que tout mérite d’être accepté parce qu’on peut découvrir du beau du bon et du nouveau à partir de tout.

Que la réalité présente est l’archet qu’utilise le Cœur Créateur pour faire chanter mes cordes sensibles en accord avec tout ce que je suis.

Que plus je résiste à un malaise, plus il prend du pouvoir sur moi et me colle après.

Qu’accepter ce qui est là, ne veut pas dire sombrer dedans ou devenir une pâte molle à l’eau de rose qui ne va pas au bout de ce qu’elle est, croit, sent ou veut.

Que lorsque je suis en bataille contre ce que je vis, le bonheur semble aussi insaisissable qu’une étoile filante… et que dès que j’embrasse ce qui m’habite, le bien-être arrive infailliblement sur le souffle de ma prochaine respiration.

Je me demande donc : est-ce que je suis prête à tenir compagnie à ce qui est là maintenant? Oui!!!

Je laisse mon attention se déposer comme une plume sur mon tas d’œufs brouillés, sans essayer de l’embellir, le noircir, le dramatiser, le minimiser, le rationaliser ou l’éliminer.

J’imagine plutôt le mot Bienvenue écrit dans ma main. Je la place à l’endroit de mon corps où je sens ce malaise.

Au bout d’un moment passé à lui faire les yeux doux, le mot « honte » émerge : j’ai suivi un élan, il a été ignoré et j’ai honte de mon geste, voilà!

Pas facile de tenir compagnie à cette honte. Pour m’aider à la recevoir avec cœur, je répète le mot Bienvenue en me rappelant que tout est parfait pour aimer et créer.

Une fois ma honte acceptée, surprise! Une bouffée de tendresse pour mon élan jaillit spontanément. Les larmes me viennent aux yeux en même temps qu’un sourire. J’ai le goût de l’adopter cet élan aussi fragile, gauche et touchant qu’un faon qui fait ses premiers pas!

Un miracle s’est produit dans mon corps : le gros tas d’œufs brouillés s’est transformé en mousse légère et sucrée!

Alors, si vous n’arrivez pas à embrasser un malaise, un état ou un sentiment pour retrouver votre bien-être, rappelez-vous les points d’ancrage de la vérité du cœur :

– chantez un blues ou une berceuse sur votre intention de retrouver votre liberté d’être bien, d’aimer, de créer.

– mettez-vous en état de découverte amoureuse en inspirant profondément ces mots : ce que je vis est parfait pour aimer et créer pour la plus grande joie de tous.

– imaginez que votre attention est une plume douce et légère et déposez-la sur ce qui se passe en vous

– adoptez une attitude bienveillante, en déposant votre main avec le mot bienvenue dedans sur l’endroit de votre corps où vous sentez un malaise.

– demandez-vous : est-ce que je suis prêt(e) à embrasser la vérité sur ce que je vis, beau ou pas beau, fin ou pas fin, plaisant ou non?

Si oui, prenez le temps de faire les yeux doux à ce qui vous habite et acceptez tout ce qui monte en vous jusqu’à ce que vous soyez vibrants, libres et présents.

Sinon, accueillez ce qui vous en empêche : c’est votre vérité du moment à recevoir avec curiosité et ouverture.

N’oubliez pas que nos sentiments de honte, comme nos ne pas, ont du pouvoir sur nous tant et aussi longtemps qu’on les garde dans l’ombre.

Alors si vous n’arrivez pas à les embrasser, empruntez les yeux du coeur d’un proche en qui vous avez confiance.

Ouvrez-vous et révélez-lui ces sentiments – honte, jalousie, haine… – que vous trouvez trop affreux pour mériter d’appartenir à la race humaine et que nous vivons pourtant tous.

Bonne pratique!


La vérité du coeur, notre bougie d’allumage

 

La vérité du cœur, notre bougie d’allumage

 Cette semaine, je vous offre un extrait de mon livre Le Cœur Créateur. Après l’avoir lu, envoyez-moi vos questions, réactions, incompréhensions. J’y répondrai avec joie.

Ça va reposer mes méninges et vous éclairer sur certains passages de mon livre.

« La découverte et l’expression de la vérité du cœur sont un art en soi.

Voici un exemple étonnant où une vérité du cœur — pas nécessairement douce — a transformé les personnes, les interactions et l’atmosphère d’un groupe d’Improrelations.

Ce qui en fait une vérité du cœur, c’est l’intention et l’attitude de chacun. C’est aussi l’effet qu’elle produit, et non les paroles exprimées. Qui et Pourquoi et non Quoi.

Remarquez comment l’échange suivant a rapproché mes participants, tout en les libérant et en leur redonnant vie. C’est le propre de la vérité du cœur.

Dans leurs propos, il n’y a aucune hostilité. Seulement un flot de vie et de vérité, exprimé dans l’intention d’être fidèle à soi en restant ouvert à l’autre.

Marianne, une dame âgée, douce et pure comme le savon Dove, a tendance à nous lancer des fleurs. On dirait la madone des roses.

Au début d’une sixième rencontre de groupe, elle nous annonce qu’elle songe à nous quitter : son horaire est serré, elle va maintenant très, très bien, et merci et re-merci et je vous apprécie tellement et vous êtes tous si merveilleux…

Je l’invite alors à aller faire un tour dans son corps pour voir s’il vibre en accord avec ses paroles onctueuses. Pas moyen ! Elle nous inonde encore plus de bons mots !

Renaud, qui rivalise de gentillesse avec elle, lui dit soudain d’un ton plaintif et éteint, qu’il est triste de la voir partir. Qu’elle va lui manquer… Il est aussi allumé que la cendre d’un bâton d’encens.

Je lui fais remarquer qu’il n’y a pas beaucoup de jus dans ce qu’il exprime. Qu’il n’a pas l’air de libérer quoi que ce soit de bon ou de nouveau en lui. Est-ce vraiment ce qu’il vit ?

À la surprise générale, il sort tout à coup de sa grisaille ouatée. Il lance à Marianne :

— Va-t-en donc si tu veux !

Et Marianne de rétorquer du tac au tac :

— Non, je ne m’en irai pas !

Éberlués, on éclate tous de rire devant ces répliques inattendues. Elles détonnent avec l’habituelle affabilité fanée de Renaud et la généreuse distribution de bonbons mielleux de Marianne.

L’atmosphère change du tout au tout. En deux secondes, on passe du rosaire en famille à une joute de hockey. Avec joueurs engagés et spectateurs enthousiastes. La vie et les révélations fusent de partout.

Ces ondes de vérité viennent de nous libérer et de nous harmoniser, comme celles des bols tibétains, aux ondes du Cœur Créateur.

Le regard brillant et le verbe bondissant, Renaud passe du gris au rouge feu. Marianne, assise sur le bout de sa chaise, s’anime comme un Pinocchio qui reprend vie. Elle nous avoue en riant qu’elle n’est plus certaine de vouloir s’en aller.

Cette altercation a fait d’une pierre deux coups. Renaud s’est rapproché de lui-même et de nous en lâchant le bon p’tit gars qu’il se plaît souvent à dégainer pour ne pas assumer ce qu’il vit réellement.

Et Marianne s’est insurgée contre sa tendance à répondre aux attentes des autres. Cette habitude transforme tout en obligations contre lesquelles elle réagit ensuite en retirant sa vraie présence.

Tous les deux sont devenus plus vivants, libres, ouverts et présents.

Comme eux, si vous préférez la vérité du cœur à vos images et vos illusions, elle vous le rendra au centuple. Elle fera tomber vos murs. Vous réconciliera avec votre vraie nature. Vous redonnera vie. Vous branchera sur l’amour. Vous reliera à votre entourage à travers des accords justes et inédits. »

Relisez cet échange, essayez d’y découvrir les 6 attributs de la vérité du cœur et envoyez-les-moi.

Rappelez-vous un moment où vous avez exprimé une telle vérité et décrivez-le-moi.

Quand vous vous exprimez et que vous n’obtenez pas l’effet souhaité – en vous et autour de vous – demandez-vous avec bienveillance Qui s’est exprimé en vous et Pourquoi.

Vérifiez s’il y a un reproche ou un jugement caché dans ce que vous dites.

 Quand vous êtes dans la vérité du cœur, vous vous sentez vibrants, ouverts et souvent, vulnérables.

Elle ouvre votre coeur à ce qui vous habite et à ce qui vous entoure…

N’oubliez pas: la vérité du coeur est la bougie d’allumage de nos vies, le point de départ de tous les possibles!


Quand j’suis pas toute là, j’m’ennuie!

 

 

 

Quand j’suis pas toute là j’m’ennuie!

 Encore une fois, je me suis fait attraper dans le détour par le Cœur Créateur!

L’autre jour, je pratiquais devant une amie ce que j’allais dire pour ma conférence de mercredi prochain sur le Cœur Créateur.

Je débute normalement (hum, danger!) en parlant sur le sujet qui me passionne : comment découvrir des possibilités amoureuses et créatrices dans tout pour la plus grande joie de tous.

Dès les premières phrases, je m’ennuie moi-même! Si je n’avais pas été debout, je me serais sûrement endormie.

J’enjambe mon ennui et continue en changeant un peu mes mots, mes gestes. Peine perdue, c’est plate et replate: aucun pep dans la foulée de mes mots, aucun pétillant dans mon corps vibrato, aucun accord bienheureux avec mon entourage!

Anne, ô ma sœur Anne ne vois-tu venir à l’horizon mon flot vibrant sur son cheval blanc? Ben non ma Denise, que du plat à perte de vue!

Mon amie ne semble pas s’emmerder comme moi, mais comme je suis engagée à être vivante et allumée pour donner ma pleine présence, je me secoue : t’es pas toute là Denise, quelque chose cloche!

Je fais une petite halte : comme tout est parfait pour aimer et créer pourquoi ne pas embrasser mon ennui comme un allié! Une possibilité inespérée et juteuse doit bien s’y cacher.

Sans crier gare, une inspiration jaillit de mon bel ennui! Pourquoi ne pas chanter comme je le fais avec mes participants? Je pourrais découvrir une nouvelle de piste comme ça arrive si souvent avec eux.

Je commence donc à chanter les paroles de ma conférence. Bingo! Les signes de l’état de découverte amoureuse arrivent au galop : je me sens vivante, allumée, connectée.

Je réalise soudain ce que ça veut dire : ah non, j’peux pas croire qu’il faut que je chante ma conférence pour être vibrante et faire vibrer mon monde. Pas encore une affaire folle et épeurante à faire!

J’ai déjà chanté pendant une conférence mais jamais une conférence, en improvisant à mesure la mélodie et le tempo. Pas pareil pan toute!

Mais, chaque fois que j’arrête de chanter, je me sens comme un 7up décalotté qui dort sur le comptoir depuis une semaine. Et, quand je recommence, la vie, le plaisir et l’inspiration sont au rendez-vous. Y’a pas à dire il faut que je chante!

Avez-vous remarqué ce que j’ai fait pour participer à cette culbute du Cœur Créateur?

Primo, je me suis avoué la vérité sur ce que je vivais même si ça me déstabilisait et que j’aurais préféré l’ignorer.

Secundo, je me suis arrêtée pour faire les yeux doux à ce qui se passait en moi sans savoir si ça allait porter fruit ou quelle sorte de fruit ça donnerait.

Tertio, je suis restée ouverte et curieuse jusqu’à ce qu’une intuition me branche sur mon flot de vie et d’inspiration et sur mon entourage.

Quatro, J’AI OBÉI à mon intuition!!!

Et, tout le long, j’ai dû faire attention de ne pas être entourloupée par mon mental isoloir avec ses voyons donc, ses beuh, ses y’a rien là, ses bououh, ses wobec et ses hein?!!

Savez-vous ce qui m’a permis de le faire? Eh oui, mon engagement : mon intention d’être vibrante et allumée et donc d’offrir le meilleur de moi, à laquelle j’ai juré fidélité il y a belle lurette et qui me le rend au centuple, comme dans ce cas-ci.

Voilà pourquoi je chanterai une bonne part de ma conférence sur le Cœur Créateur. Quand?  Mercredi le 9 février à 19 h. Où? À la librairie Biosfaire sur St-Denis. Il ne reste que 3 places. Si vous voulez venir, réservez à 514-985-2467 ou biosfaire@gmail.com.

Espérons que ça créera de nouvelles harmonies pour l’auditoire, en faisant pénétrer les ondes de mes mots dans leur corps vibrato et pas seulement dans leur ciboulot!

Êtes-vous prêts à m’emboîter le pas dans cette belle aventure créatrice et amoureuse?

Alors, faites une des pratiques fantaisistes que je vous ai déjà proposées, devant laquelle votre mental isoloir fait la moue. Quelle intention vous permettra de la faire?

– Écrivez le mot bienvenue dans vos mains et, en inspirant et en expirant profondément, toucher les endroits en vous ou autour de vous qui ont besoin d’être accueillis pour s’épanouir.

– Faites une danse avec des cœurs dessinés sous vos pieds, sur une musique qui vous fait fondre, en vous laissant guider par ce que ces cœurs cherchent à exprimer à travers vous.

Donnez des chandelles de fêtes aux gens qui vous touchent, vous inspirent, vous font rire, vous font du bien

– Ou suivez simplement une impulsion folle, un élan vibrant qui vous titille, au lieu de l’ignorer ou lui résister.

La preuve de ma transformation? Regardez la photo d’en haut puis celle qui suit! Ça vaut la peine que je prenne un risque, êtes vous d’accord?


Voulez-vous une « date » avec le Cœur Créateur (2ième partie)

Voulez-vous une date avec le Coeur Créateur (suite)?

Reprenons le fil du dernier billet…. Est-ce qu’être en état de découverte amoureuse pendant votre rendez-vous, ça veut dire que vous allez rester béate devant ce mec et gober toutes les mouches qui passent?  

Eh non! Ça signifie que si votre prince n’est pas charmant ou s’il ne réagit pas comme vous désirez, vous allez rester ouverte et dire oui et au lieu de dégainer votre cynisme, votre « je l’savais que ça marcherait pas, ça marchera jamais! », de jouer la carte du « ça m’fait rien, de toute façon j’ai pas besoin d’un con comme lui! », d’accuser votre charme ou votre conversation d’être déficients, de faire du boudin en quantité industrielle, de vous mettre à imaginer des cors aux pieds et des verrues au cœur à ce malotru ou de le jeter en pâture aux lions…

Bref, vous choisissez de vous faire du bien et de découvrir du nouveau chez vous au lieu de vous renfrogner ou vous refermer en réaction contre l’extérieur..

Qu’esse ça donne? Que des bonnes choses : votre créativité, votre spontanéité et votre amour accourent sur les chapeaux de roue, le Cœur Créateur itou et tout devient possible.

Comment dire oui et si ce primate ne semble pas intéressé par vous alors que vous fondez déjà pour ses fossettes?

Commencez par faire les yeux doux à l’inconnu et à danser avec l’imprévu en vous disant avec la tendresse que vous aimeriez entendre dans la voix de ce bel inconnu :

– ce que je vis présentement est exactement ce que j’ai besoin d’embrasser pour recevoir ce que je désire d’une manière inespérée,

ou,

– ceci est parfait pour aimer et créer

ou,

– je me permets de  recevoir du beau du bon et du nouveau de cette situation pour me rapprocher de moi, de mon désir et de mon entourage

Imaginez qu’un ruban avec une grosse boucle rouge entoure cet homme et ce que vous ressentez. Vous ferez d’une pierre deux coups : vous serez réceptive au cadeau contenu dans cette situation et vous  mettrez de la légèreté, de la fantaisie dans tout ça.

Dites ensuite oui et à ce que vous vivez, sans le juger, et laissez émerger ce qui vous vient spontanément suite à cette accolade salutaire. Exprimez-vous à partir de ce nouvel espace si le cœur vous en dit. Laissez-vous surprendre…

En restant ainsi ouverte, vous allez vous sentir plus vulnérable. Réjouissez-vous : c’est justement ce qui nous rend tous attirants de manière désarmante! C’est aussi ce qui rend la qualité de notre présence bienfaisante, captivante et contagieuse.

Si vous désirez explorer plus en profondeur l’art d’embrasser la vérité du cœur, de faire les yeux à l’inconnu et de danser avec l’imprévu, eh oui! vous devrez acheter Le Cœur Créateur, en vente dans les bonnes librairies.

Voulez-vous savoir ce qui va arriver si vous vous braquez ? Suite au prochain billet…

N’hésitez pas à envoyer ce texte à vos ami(es) et vos ennemi(es), ça pourrait leur faire du bien et à vous aussi!