Êtes-vous assez fous pour être heureux?

 

Pour le 1er avril revoici ce billet qui va injecter une belle dose de folie créatrice et amoureuse dans vos têtes, vos projets et vos journée!

La pratique que je propose plus bas va donner un second souffle à vos élans et vos vies et vous permettre de jouer un bon tour à vos cercles vicieux et trop sérieux préférés…

Bonne lecture et bonne pratique!

 

Rien de mieux qu’une dose de folie créatrice pour mettre du lousse dans ses cercles vicieux et s’ouvrir à des possibilités inespérées!

Lire la Suite

Publicités

Êtes-vous fatigués de forcer pour rien?

 

Je bénis le moment où les écailles me sont tombées de yeux.

Le moment où j’ai réalisé que plus je m’efforçais de changer, plus je m’éloignais de ce que je voulais ressentir, accomplir ou recevoir.

Je suis tombée en bas de ma chaise !

J’ai saisi que celle qui voulait me transformer le faisait pour fuir ce que je suis parce qu’à ses yeux c’était pas assez  fort, beau, intelligent « hot », « cool » ou « in » à son goût.

Du coup, j’ai arrêté de forcer du nez et me suis déposée au fond de moi où  j’ai éprouvé la délicieuse sensation de revenir à la maison, à la douceur de mon cœur, à l’amour.

En lâchant la crampe de ma résistance, j’ai découvert en-dessous un beau mollet tendre, vivant et fluide.

 

Le même renversement salutaire s’est produit dans mes relations.

Quand je m’efforce en vain d’obtenir ce que je désire de quelqu’un qui ne peut pas ou ne veut pas me le donner, ça m’empêche de m’ouvrir à le recevoir.

Comme si je poussais vers l’extérieur sur une porte battante pour l’ouvrir alors qu’elle s’ouvre vers l’intérieur quand j’arrête de pousser.

Je sais maintenant que quand ça ne répond pas dehors, c’est une invitation à prendre l’appel en-dedans.

Que quand je frappe un mur ou une fermeture dehors, c’est une invitation à m’ouvrir plus grand en-dedans.

Quand je vis un rejet dehors, c’est une invitation à m’accepter plus profondément en-dedans.

Quand je vis une trahison ou un abandon, c’est une invitation à être plus proche de moi, plus fidèle à moi-même.

Quand  je me trouve dans une impasse c’est le temps de lâcher le contrôle pour laisser émerger du nouveau…

 

La pratique

Et vous, savez-vous quels sont les endroits où vous forcez du nez pour changer, parce que vous rejetez ce que vous êtes, sentez, vivez ou désirez ?

Voyez-vous les endroits où vous poussez sur l’autre, au lieu de lâcher prise pour vous ouvrir à recevoir ?

Vous allez les reconnaître à leur crispation et leurs jugements, leurs « il faut » stériles et leurs coulis de reproches plus ou moins subtils contre vous et les autres.

Ce sont les endroits où vous tournez en rond, où vous vous tapez ur la tête et où vous essayer de contrôler l’incontrôlable : pas de lousse, pas de tendresse, pas de joie, pas de liberté à l’horizon !

 

Une fois que vous en avez choisi un, faites la pratique qui suit, adaptée de mon livre Le Cœur Créateur.

Ne sous-estimez pas cette pratique parce qu’elle est simple.

Elle nous permet  de lâcher prise pour accéder aux richesses et aux ressources d’une part de nous beaucoup plus vaste, inventive, bienveillante et inclusive que notre petit moi qui force du nez pour rien.

À plusieurs reprises, dites la phrase suivante

– Ce que je vis maintenant est parfait pour lâcher ce qui m’empêche de m’ouvrir à l’amour et de recevoir ce qui me tient à cœur avec bonheur.

En la disant, inspirez profondément -comme si vous humiez un parfum que vous aimez- et laissez pénétrer ces mots jusque dans votre ventre, pour aller vous déposer doucement au fond de vous.

Puis laissez sortir un long Ahhhh vibrant en expirant pour laisser aller vos tensions et vos crispations.

Faites-le jusqu’à ce que vous sentiez une détente, une ouverture, une regain de vitalité, un élan, un espoir ou un apaisement.

Puis restez ouverts aux impulsions ou aux inspirations qui vous viennent naturellement.

Mine de rien, vous venez d’ouvrir le canal du Coeur Créateur pour libérer le meilleur de vous et recevoir le meilleur de la vie et des autres.

 

Si vous voulez rendre cette pratique encore plus tangible et créative.

Dessinez sur une feuille un symbole tout simple de ce que vous vivez ou rencontrez et une image sommaire de vous à côtés (un p’tit bonhomme allumette fera l’affaire).

Faites un grand cœur rouge autour des deux. Puis, tracez une flèche en diagonale qui le traverse et le dépasse.

À la pointe de la flèche, percez un trou avec votre crayon. Insérez-y un bout de papier vierge enroulé qui représente  votre ouverture à recevoir du beau, du bon et du nouveau de ce que vous vivez et rencontrez.

Mettez ensuite cette feuille en vue. Chaque fois que vous la regardez, répétez votre intention de recevoir du bon, du beau et du nouveau de ce qui est là maintenant.

Puis dites simplement merci pour ouvrir votre cœur à recevoir.

Surtout ne vous cassez pas la tête ! Restez curieux et ouverts. Écoutez et suivez ce qui vous vient.

Donnez-m’en des nouvelles, ça me fait toujours plaisir !

 

Denise Noël écrit à: www.coeurcreateur.com/blogue où elle offre des clés pour dépasser nos peurs, libérer le pouvoir créateur de nos relations et développer un qualité de présence qui fait toute la différence dans nos relations et nos créations!

Pour vous inscrire au blogue, écrivez moi à: info@improrelations.com


À vos rêves partez!

IMG_0938

Pouvez-vous vous imaginer un explorateur qui passe son temps à dire:

« c’est juste à moi que ça arrive des rochers escarpés comme ça, c’est pas juste, je joue plus! », « il n’était pas supposé de pleuvoir, je vais porter plainte!»,

« j’ai des ampoules aux pieds, qu’est-ce qui ne marche pas avec moi? », « c’est pas moi qui ai mis ce fossé là, je ne le traverse pas ! »

Non? C’est parce qu’ils ne le prennent pas personnel.

Ils savent que, pour se rendre au bout de leur aventure, ils doivent avoir une forte intention tout en acceptant les difficultés, intempéries, imprévus et risques comme faisant partie du voyage et non comme une invalidation personnelle.

Si, face à vos rêves et vos projets les plus chers, vous adoptez le même mélange d’intention et d’abandon à ce que la vie vous présente, vous serez moins tentés de vous juger, bouder ou baisser les bras devant les embûches.

Vous deviendrez plus curieux, inventifs et persévérants et vous jouirez tellement plus tout le long du parcours!

En prime, vous aurez la surprise de découvrir comment les obstacles et les échecs que vous rencontrez à répétition sont des portes d’entrés vers le potentiel amoureux et créateur de votre vraie nature et de ses  plus grands rêves.

 

Vous pourrez alors :

oser désirer passionnément et être en paix avec ce qui est là maintenant

rester branché sur votre but et vous abandonner à l’inconnu,

vous ouvrir à recevoir, sans contrôler la forme, le moment ou le chemin

vouloir réussir et ne pas fuir l’échec ou le rejet

donner le meilleur de vous sans exiger de garantie en retour

suivre votre voie et être réceptifs aux richesses et au soutien de votre entourage

 

Comme vous voyez c’est tout un art!

Votre désir sera un aimant qui vous électrise et vous attire hors de vos cul-de-sac et votre abandon vous rendra réceptifs aux circonstances, aux relations et aux situations qui vont vous soutenir, vous transformer et vous inspirer.

 

La pratique

Pensez à un obstacle ou une difficulté que vous rencontrez face à un désir ou une relation qui vous tient à coeur.

Relisez les éléments de la liste ci-dessus  (Vous pourrez alors) et choisissez-en un qui a besoin d’être nourri.

Puis demandez-vous:

– qu’est-ce que j’ai besoin de me permettre d’être, de vivre, de vouloir, de laisser aller ou d’exprimer pour … être en paix avec la réalité présente… ou donner le meilleur de moi sans garanties… ou être réceptif au soutien de mon entourage ou…?

Faites ensuite un pas dans cette direction…

Voilà,  à vos rêves partez !

Denise Noël écrit à: www.coeurcreateur.com/blogue où elle offre des clés pour dépasser nos peurs, libérer le pouvoir créateur de nos relations et développer un qualité de présence qui fait toute la différence dans nos relations et nos créations!

Pour vous inscrire au blogue, écrivez moi à: info@improrelations.com


Parfaits ou libres d’être ce qu’on est?

IMG_0874Denise Noël

Voici un extrait, adapté pour ce blogue, d’un passage du livre que je suis en train d’écrire.

Si tout va bien, ce livre, plus court, simple et concret que mes 2 autres, sera illustré!

 

Pour partir du bon pied

et vous rendre où vous voulez

épousez votre réalité telle qu’elle est

faites les yeux doux à votre vérité

même si elle n’est pas maquillée

pas comme vous voulez,

si vous l’épousez sans la trafiquer

avec coeur et curiosité

elle va vous libérer, vous faire vibrer, vous harmoniser

et vous accorder à ce que vous souhaitez

 

« Vous avez tendance à snober et rejeter ce que vous vivez, sous prétexte que ce n’est pas assez hot, cool, beau, brillant, gentil, évolué, fort ou extraordinaire ?

Vous vous sentez éteints, vides, déconnectés, à côté de vos bottines, imposteurs?

Vous êtes coincés entre « ou je suis parfait ou je suis rejet, ou je l’ai tout de suite ou je prends la fuite, ou je l’ai toute ou je l’ai pas pan toute »?

Vous vous mettez de la pression pour répondre aux attentes des autres et aux vôtres (Il Faut).

Quand vous n’y arrivez pas, vous ne vous sentez pas à la hauteur, pas assez?

Vous vous tapez alors sur la tête et vous n’avez plus le goût de jouer (Fuck You)?

 

Pourtant, rejeter ce qui vous habite est la crazy glue qui vous cimente à vos malaises et vos cercles vicieux!

Plus vous luttez contre ce que vous vivez, plus ça vous colle après, plus ça prend du pouvoir sur vous, plus vous êtes tendus, coupés de l’effervescence de la vie, pris dans un univers inhospitalier et plus la joie vous file entre les doigts.

Au contraire, en embrassant ce qui se passe maintenant en vous, vous serez libres d’être amoureusement imparfaits, vrais, vivants, uniques et présents!

Vous pourrez alors capter les élans, les inspirations, les mouvements de vie qui émergent de cette connexion pour avancer sur le chemin unique qui vous rapproche de votre coeur et de ce qui vous tient à coeur.

 

Il  y a une clé pour libérer la vitalité de votre vraie présence et de vos inspirations, à partir de ce que vous vivez dans le moment.

Grâce à cette clé, fini de juger et rejeter ce que vous êtes ou n’êtes pas, ce que vous sentez ou pas, plus besoin de pédaler dans votre tête pour être plus ceci ou cela!

Terminés les  » pourquoi ça m’arrive à moi, qu’est-ce qui marche pas avec moi, j’aurais donc dû, maudit que je suis poche, looser, pas rapport! »

 

La pratique

Que ce soit négatif ou positif, laid ou beau, fort ou faible, glorieux ou honteux, je vous invite à utiliser la clé simple et concrète qui suit face à ce qui est présent en vous.

Elle va vous connecter à votre nature amoureuse et créatrice pour entrer en relation avec ce qui se passe en vous d’une manière qui vous comble, vous surprend, vous anime…

Elle va vous ouvrir avec coeur et curiosité à ce qui a besoin d’être aimé et libéré en vous face à ce que vous rencontrez…

et vous permettre de découvrir de nouvelles avenues dans ce qui vous heurte ou vous frustre.

Enfin, vous pourrez exprimer votre vérité, sans vouloir avoir raison, avec une qualité de présence qui fait toute la différence, pour vous et pour les autres!

Vous êtes prêts?

1- Dites avec un grand soupir de soulagement, en laissant glisser votre attention sur l’expiration et en faisant vibrer le ahhh dans votre corps:

– ahhh… ce qui m’habite maintenant est parfait pour aimer et créer!

Attention, le soupir de soulagement et les ahhh vibrants  sont aussi importants que les mots!

Ils vous sortent de votre tête, déposent votre attention dans votre corps vibrant (gorge, poitrine, ventre) et vous connectent avec un abandon libérateur à ce qui vous habite.

En restant ouverts et curieux face à ce que vous ressentez dans votre corps, vous vous brancherez à votre source de vie, d’amour et d’inspirations.

Vous passerez peu à peu d’absents à présents, d’éteints à vivants, de forcés à naturels, de contractés à détendus.

Répétez ces mots en faisant vibrer vos ahhh jusqu’à ce que vous sentiez une éclaircie, une respiration, un apaisement, une vitalité, un élan, une inspiration…

Restez attentifs, sans forcer, à ce qui émerge spontanément que ce soit des émotions, des mots, des inspirations, des élans, des mouvements.

 

Vous pouvez ensuite vous demander:

– qu’est-ce qui a besoin d’être aimé ou libéré en moi face à ce que je rencontre maintenant?

Pas besoin d’avoir une mega estime de soi ou des capacités spéciales pour faire cette pratique.

Il s’agit plutôt de recevoir tout ce qui nous vient comme des dons de la vie qui visent à nous rapprocher de notre coeur et de ce qui nous tient à coeur.

Et si ça ne marche pas pour vous? Eh bien, ouvrez-vous avec coeur et curiosité à ce que vous ressentez face à cet échec en disant:

– ahhh… c’est parfait pour aimer et créer!

Qui sait quelle belle possibilité de vous aimer, vous libérer et vous exprimer  vous pourriez découvrir à travers cet échec?

 

2- Puis, en observant le niveau de votre vitalité, demandez-vous quel en est le degré entre 0 et 10.

0: « j’ai  juste le goût de m’effoirer devant la télé en mangeant des chips ou du chocolat pour le reste de vie »

5:  » c’est correct, je fonctionne mais je n’ai pas vraiment de pep dans la foulée ou d’étoiles dans le yeux »

10: « j’ai une joie, un élan, une flamme qui m’animent de l’intérieur, qui me donnent le goût de fredonner, faire une p’tite danse, sourire, aimer tout le monde, créer du beau et du bon. »

Si c’est moins que 10, demandez-vous ce que vous avez besoin de laisser émerger ou s’exprimer pour monter d’un ou deux degrés ou pour être à 10.

Écoutez et suivez ce qui vous vient:

que ce soit un goût de danser, chanter, courir tout nu dans le salon, rire, pleurer, vous laisser toucher, exprimer une vérité, un besoin, de la gratitude, lâcher un contrôle, essayer quelque chose de nouveau en vous permettant l’erreur, faire des hugs à vos proches, suivre un élan…

 

Vous pouvez faire cette pratique en prenant le temps d’écouter ce qui se passe en vous, ou au coeur de l’action et de vos interactions, pour vous laisser surprendre parce ce qui va émerger de ce contact libérateur.

 

Les clés de mon prochain livre 

vous font faire un mariage heureux entre votre nature amoureuse et créatrice et ce que vous vivez maintenant pour vous sortir de vos impasses et retrouver votre liberté d’être, d’aimer et de créer dans la joie.

Les participants d’un groupe d’Improrelations les pratiquent quotidiennement et quand ils les font à fond, ils ont des des résultats aussi surprenants que réjouissants.

 

Rappelez-vous!

Vous ne pouvez  pas obliger la vie ou les autres à se conformer à vos attentes, mais vous pouvez découvrir des perles dans ce que vous vivez, en l’abordant avec des attitudes et des intentions créatrices et amoureuses.

Ce n’est pas ce que vous vivez qui vous rend mal ou bien, c’est Qui en vous l’aborde, dans quelle intention et avec quelle attitude.

Donnez-m’en des nouvelles!

Et si vous vous rappelez des moments où vous vous êtes enlevés du chemin pour vous laisser porter par une impulsion amoureuse et créatrice, racontez-nous comment ça s’est passé dans les commentaires vous risquez d’en inspirer d’autres!

 

 

 


Êtes-vous contre ou avec?

IMG_0489

« Je joue plus, ça me tente plus, vous m’aurez plus, je fais tout sauter, allez tous chier ! »

Inutile de juger ou lever le nez sur ces réactions, on a tous senti ça à un moment ou à un autre, c’est humain… et tentant en titi par bouts !

Le hic, c’est que tant qu’on est en réaction contre ce qu’on vit, on n’est pas libre d’être soi-même, de créer un lien créateur et amoureux avec ce qui se passe pour nous et de découvrir les belles possibilités présentes dans ce qu’on rencontre.

Quels sont les signes qu’on est en « réaction contre » ce qu’on vit et rencontre?

On cherche qui blâmer, qui faire payer : c’est-pas-d’ma-fôte-c’est-d’sa-fôte mademoiselle… ils-ne-m’auront-plus-ils-ne-s’en-sortiront-pas-comme-ça-je-vais-leur-en-faire-voir-de-toutes-les-couleurs…

On dramatise, on se victimise: pourquoi-ça-m’arrive-toujours-à-moi-c’est-injuste-y-est-trop-tard-ma-vie-est-gâchée!

On force du nez pour contrôler la situation : je-n’ai-qu’à-faire-ça-et-il-va…je-vais-m’excuser-lui-acheter-des-fleurs-et-elle-ne-pourra-pas…je-vais-être-plus-ou-moins-comme-ceci-ou-comme-cela-ils-n’auront-pas-le-choix-de…

Ce que ça donne ?

– on tourne en rond dans sa tête, ses conflits, ses malaises, ses problèmes

– on reste malheureux et coincés à moins que les autres ou les circonstances changent

– on passe son temps à se justifier même si ça ne marche pas

– tout devient lourd, sans issue, décourageant

– on force, on lutte, on pousse, on se braque et ça nous épuise

– on rumine, on fulmine et ça nous ronge par en dedans

– on a le sentiment que « nobody is home »

Et se permettre d’être en relation et en cocréation avec ce qui se passe, ça ressemble à quoi ?

On reste curieux et bienveillants face à ce qu’on vit.

On choisit d’aller dans le sens de ce qui nous fait du bien et de ce qui nous tient à cœur.

On s’ouvre à découvrir et recevoir ce qui cherche à émerger de bon, beau et nouveau à travers ce qui se présente à nous et ce que ça soulève en nous.

Ce que ça donne ?

– on sort de ses cercles vicieux, de son isolement et de sa tête

– on est plus libres, plus légers

– on retrouve ses élans, son intérêt, son goût de vivre

– on peut compter sur soi, pour le meilleur et pour le pire

– on se sent branchés sur un courant de vie, d’inspirations, de possibilités

– on est ouverts à recevoir ce qui est bon pour nous, des autres et de la vie

La pratique pour « être avec »

 

Prenez une impasse, un malaise ou un conflit qui vous donne du fil à retordre.

Prenez quelques bonnes respirations.

Puis, posez-vous ces questions sans forcer, juger ou contrôler ce qui vient:

– est-ce que je veux me faire du bien ou contrôler, blâmer, avoir raison, faire payer?

–  est-ce que je m’accepte où je suis ?

– est-ce que je suis ouvert(e) à embrasser avec coeur ce que cette situation soulève en moi?

– est-ce que je suis prêt(e) à découvrir du nouveau dans ce que je rencontre?

Quelles que soient vos réponses, acceptez-les et acceptez-vous où vous êtes

Demandez-vous ensuite  avec curiosité et bienveillance:

-si je ne me refermais pas, si je ne blâmais personne et si je ne faisais pas de drame, qu’est-ce qui pourrait émerger de bon et de nouveau pour moi à travers cette situation, ce projet, ce conflit, cette rencontre ce malaise?

Ouvrez-vous à la possibilité amoureuse et créatrice  qui est cachée là.

Ça peut être la possibilité d’accepter une partie de vous que vous rejetez pour vous donner droit à l’amour, d’embrasser un besoin pour recevoir ce qui vous tient à coeur, de laisser aller l’obligation de répondre aux attentes extérieures pour retrouver votre liberté d’être et d’expression, de vous accepter avec vos imperfections pour jouir de ce que vous êtes, de votre vie, de vos créations…

Bonne pratique! Vos commentaires et vos questions sont toujours les bienvenus.


Voulez-vous la clé du malheur ou du bonheur?

Denise Noël

« Coudonc, est-ce  que c’est normal d’être en maudit et d’en vouloir à quelqu’un qui nous fait du mal!? »

Un participant, pris dans un conflit, m’a lancé cette question dernièrement.

Il réagissait à ma suggestion d’aborder son conflit avec une intention créatrice et amoureuse (créacoeur):

dire « oui » à ce qu’il vit pour se faire du bien « et  » découvrir une possibilité qui le libère et répond à ce qui lui tient à cœur.

Je lui ai d’abord répondu que la colère ce n’est pas la même chose que le ressentiment.

La colère, c’est une émotion à accepter et écouter avec coeur, pour s’ouvrir et découvrir ce qui peut en émerger de bon.

Le ressentiment, c’est le contraire d’une intention créacoeur, c’est un « ne pas »:

vouloir blâmer l’autre, le faire payer, avoir raison sur lui, l’invalider pour « ne pas » ressentir, être vulnérable, vivre d’échec, …

Le ressentiment nous coupe de nous, nous donne un faux sentiment de toute-puissance et nous fait tourner en rond dans nos malheurs.

Voici un passage de mon livre, Bungee, Vibrato et Tango qui en témoigne

« Souvent, face à l’adversité, on se débat, on entre en guerre, on discutaille, on décide de ne plus faire confiance à personne sauf à son poisson rouge ou à son hamster.

– Merde ! Pourquoi ça m’arrive à moi? C’est pâââs juste ! Y m’auront plus!

Pour ramener les autres et les circonstances dans le droit chemin, on se transforme en mule, on retire notre présence, on joue plus, on rit plus, on va leur montrer ce qu’ils nous ont fait, ils ne nous y prendront plus!

On blâme et on oublie que blâmer, c’est donner à ceux qu’on trouve si affreux la responsabilité de son bonheur. Quel mauvais investissement !

On devient à leur merci, privés de nos ressources, de notre vitalité et du contact bienfaisant avec nous-même.

Au lieu de mettre notre attention et notre énergie à se faire du bien, on essaie de convaincre l’autre qu’il est à côté de ses pompes, un sans cœur, un faux jeton, un moins que rien, une réincarnation d’Hitler ou un p’tit Napoléon à batteries, une nymphomane sans cervelle, une marâtre…

On espère qu’à force de taper ou de pousser dessus, il va tomber en bas de son cheval et, qu’illuminé, il va nous dire :

‘Tu as tellement raison, je suis un sans cœur, une réincarnation d’Hitler, une nymphomane à cervelle d’oiseau, à partir de maintenant je ne ferai plus jamais rien qui te blesse, te dérange ou te frustre…’

On peut toujours rêver parce que les humains sont ainsi faits que plus on les pousse à faire ou à être quelque chose, plus ils poussent dans le sens contraire. »

Vaut mieux aborder ce qu’on vit avec une intention créacoeur :

ça nous sort de nos malheurs et ça nous rapproche de ce qui nous tient à cœur.

La bonne nouvelle c’est qu’on peut aussi aborder son ressentiment dans une intention créacoeur!

Si on l’exprime en assumant l’intention et l’énergie qui s’y cachent, dans le but de retrouver sa liberté d’aimer et créer, la vie se remet à pulser et la caverne d’Ali Baba s’ouvre sur les merveilles de notre monde.

La pratique

Dans les prochains jours, observez comment tout devient très lourd, sérieux, dévitalisé et sombre, quand vous êtes dans le blâme et le ressentiment.

Aucune étincelle, aucune issue à l’horizon : l’autre ou la situation doit changer sinon vous êtes finis n-i-nis, condamnés à ruminer et fulminer pour l’éternité !

Maintenant que vous connaissez la clé du malheur, imaginez que vous avez la clé du bonheur en main et tournez-là doucement en disant :

« Je me libère de la prison du blâme et du ressentiment, pour découvrir du beau, du bon et du nouveau dans ce que je vis et me rapprocher de ce que je désire vivre. »

Jouissez du bon tour que vous jouez à vos adversaires en échappant à leur emprise!

Abordez ensuite tout ce qui se passe pour vous comme étant parfait pour aimer et créer.

Si vous n’y arrivez pas, exprimez vos reproches et votre ressentiment dans une intention créaoeur, c’est à dire pour vous faire du bien et vous libérer et c’est ce qui va se produire.

Comme vous voyez, quel que soit le contenu de notre expérience, tout peut exister quand c’est bien enrobé !


Prouver qu’on est bon ça goûte pas bon !

J’espère que vous avez plein d’occasions de rendre grâce à la vie aujourd’hui!

Voici un passage sur lequel je suis tombée en ouvrant au hasard mon livre, Bungee, Vibrato et Tango, Transformez vos impasses et conflits en passion créatrice.

« Malgré mes peurs –croyez-moi, je suis gâtée à ce niveau-là- ce sont mes intentions amoureuses et créatrices  qui m’ont permis de sauter à l’eau à répétition.

Je me rappelle comme si c’était hier la première fois où j’ai chanté en public : la bouche sèche, le cœur qui pédale à cent milles à l’heure, le plexus noué de noeuds pas coulants et  la sensation d’avoir le Parkinson tellement mon corps tremble dans tous les sens.

Une illumination de dernière minute vient à me rescousse. Pourquoi ne pas utiliser ta propre méthode, chère Denise ?

Quelle bonne idée ! Vite j’ai besoin d’une intention amoureuse et créatrice à me mettre sous la peau, pour me ramener dans mon corps, dans le moment présent, en relation.

Cette belle intention arrive sur le chapeau des roues et impose sa chaude présence à mon pauvre petit corps en alerte : je m’aime avant, pendant et après le spectacle, quoiqu’il arrive !

Me voilà enfin toute là ! Je n’ai plus rien à perdre puisque l’essentiel est au rendez-vous.

Prête à plonger dans l’inconnu, vulnérable et ancrée dans mon corps, je respire, le cœur ouvert et fondant pour moi, pour ma voix et pour tous ceux qui sont là.

J’ai terminé mon mini tour de chant non seulement saine et sauve, mais allumée et comblée.

J’ai aussi reçu avec bonheur les commentaires des gens qui, les yeux mouillés, m’ont révélé combien je les avais touchés. »

Les morales de cette histoire ?

En me connectant à l’amour, mon intention m’a rendue plus libre, présente et… talentueuse !

Quand notre bonheur et notre valeur ne dépendent pas du résultat extérieur, on a beaucoup plus de chances de réussir et on a plus de plaisir.

On n’est plus coincés et limités par la crainte de perdre la face, l’approbation ou le contrôle alors on peut se donner pleinement et avoir accès à la richesse de nos ressources.

Un exemple

Cette semaine un participant me demandait comment se préparer pour une entrevue avec un client potentiel. Les enjeux lui semblaient gros et ça lui faisait peur.

Je lui ai suggéré de donner tout ce qu’il peut, en se concentrant sur ce qu’il veut apporter de bon à son client  (au lieu de chercher à être bon), tout en acceptant la possibilité qu’il n’embarque pas.

Il m’a répondu que ça lui enlevait une énorme pression de ne pas avoir à contrôler le résultat final.

Il m’a ensuite écrit qu’en mettant son attention sur les besoins de son client et en acceptant la possibilité que son offre ne corresponde pas à ce qu’il cherche, non seulement il a eu le contrat mais ça a été simple et facile, il a même rigolé et eu du plaisir !

La pratique

Avant une rencontre ou un défi, prenez le temps de vous brancher sur une intention qui est entre vos mains et qui vous sort en même temps des peurs en série de l’ego.

Choisissez une intention axée sur ce que vous désirez offrir de bon, autant à vous qu’aux autres.

Comme vous l’avez vu dans mon histoire, ça va de pair : en me connectant à l’amour, j’ai transmis de l’amour.

Demandez-vous :

– qu’est-ce que j’aimerais me permettre de vivre, exprimer, m’offrir et offrir par le biais de cette interaction ou cet événement ?

ou

– qu’est-ce qui cherche à émerger de beau, de bon et de nouveau pour moi et les autres à travers cette rencontre, cette création, cette situation ?

Puis ouvrez-vous et restez à l’écoute de ce qui émerge jusqu’à ce que vous sentiez une ouverture, une détente, un regain de vie, d’inspiration ou de joie.

Vous n’arrivez pas au résultat désiré ?

Restez ouverts au lieu de vous fermer, restez engagés au lieu de vous retirer, demandez de l’aide ou du soutien au lieu de vouloir vous arranger tout seul et acceptez de découvrir du bon du beau et du nouveau dans cet échec !

Donnez-moi en des nouvelles, ça me fera plaisir!


Êtes-vous coincés entre les deux FF?

Denise Noël

Marisol, une musicienne de longue date, est tiraillée : elle n’a pas de plaisir à pratiquer son art. Doit-elle arrêter ou se pousser?

Je l’invite à me décrire ce qui se passe quand elle se met au piano : j’me sens obligée d’en faire, mais j’ai pas le goût.

Ha, ha ! On dirait bien que ses élans naturels sont coincés entre les deux FF!

Dans le coin droit de l’arène, le fameux Il Faut et dans le coin gauche, son adversaire, le légendaire Fuck You !

Ces deux-là, l’obligation et la résistance ressentimenteuse, sont soudés ensemble comme des siamois : un ne vient pas sans l’autre.

Avec eux aux commandes, on se met de la pression pour répondre aux attentes -imaginaires ou réelles- de l’entourage et on résiste à ces contraintes en n’investissant pas sa vraie présence dans ce qu’on fait ou exprime : ennui garanti!

Je décris ces deux pôles à Marido et lui demande si ça colle à ce qu’elle vit : ouiiiii !

Pour l’aider à découvrir ce que cette bataille emprisonne de bon et de beau, je lui demande de regarder mes deux poings.

Je les place d’abord face à face comme des taureaux qui s’affrontent. Puis, je les écarte doucement en invitant Marifa à me dire ce qui émerge en elle quand elle porte attention à l’espace qui s’ouvre petit à petit entre mes deux poings.

Son visage s’éclaire à mesure qu’ils s’éloignent. Au bout d’un moment, émue et rayonnante, elle s’exclame : c’est la beauté, l’amour de la musique qui sont là!

C’était bien ça ! Ses élans amoureux et créateurs pour la musique étaient piégés entre les deux FF, ces deux pirates de la vraie présence amoureuse et créatrice si tripante!

Remarquez que son élan libérateur aurait aussi pu être : la musique ne m’anime pas, ce que j’ai vraiment le goût de faire c’est… Ce qui aurait fait de la place à ce qui l’allume réellement.

Très souvent, je rencontre des gens bloqués dans cette lutte stérile entre Il Faut et Fuck you.

Ils restent coincés entre leur désir d’être eux-mêmes et celui de plaire à tout le monde, leur volonté d’être libres et celle de contrôler comment les autres les perçoivent, leur besoin d’être aimés pour ce qu’ils sont et celui de rejeter ce qui ne répond pas à leur image de perfection.

Cette guérilla clandestine étouffe leurs élans les plus vibrants, les empêche d’assumer leurs besoins et leurs limites, de donner leur pleine présence à ce qui leur tient à cœur et de jouir de ce qui est bon.

Ils se plaignent de se sentir vides, éteints, perdus, tendus, imposteurs, prisonniers.

La clé : laisser mourir ses exigences de perfection, embrasser qui on est, libérer les élans qui nous font vibrer et donner sa pleine présence : joie garantie!

P.S. Aux dernières nouvelles, Mariré joue du piano avec bonheur, elle a même de la misère à s’arrêter!

La pratique

Vivez-vous aussi une situation où vous avez perdu vos élans, votre joie, votre vitalité, votre liberté d’être et de vous exprimer?

Imaginez qu’ils sont coincés entre les deux FF.

Pour vous mettre en accord avec ce qui vous habite maintenant, prenez d’abord quelques respirations, la main sur votre coeur, en disant Bienvenue à ce que vous vivez.

Mettez-vous ensuite en état de réceptivité en disant:

Je m’ouvre à la piste inespérée contenue dans ce que je vis maintenant.

Puis, mettez vos deux poings face à face et ouvrez-les très lentement en laissant émerger ce qui vient, sans juger ou forcer quoi que ce soit.

Recevez et laissez vous toucher par ce que vient spontanément.

Demandez-vous ensuite: est-ce que je préfère lâcher prise sur ce que les gens pensent de moi ou laisser tomber qui je suis et ce qui me tient à coeur?

Suivez alors les inspirations et les élans qui en découlent.

Je souhaite que ces pratiques vous animent et vous comblent de l’intérieur pour vous dégager du piège des deux FF où vous êtes en réaction à l’extérieur!


De la pression de prouver votre valeur à la liberté d’exprimer votre potentiel avec bonheur et de faire la différence dont vous rêvez dans vos relations

 

La vraie grandeur, la vraie liberté, la vraie joie viennent du coeur

 

Vous sentez-vous doué d’un beau potentiel mais bloqué, insatisfait, jamais assez dans vos relations ou vos créations?

Êtes-vous fatigués de vous mettre de la pression pour prouver votre valeur et répondre aux attentes extérieures sans satisfaction à l’horizon?

La possibilité du rejet ou du jugement vous empêche-t-elle d’aller au bout de vous-même, de votre potentiel, de votre expression, de vos amours? 

Réalisez-vous vos souhaits et vos projets pour vous apercevoir à la ligne d’arrivée que ce n’est jamais assez pour faire votre bonheur?

 

Imaginez ce que vous pourriez vivre et accomplir si

vous cessiez de vous juger et vous préoccuper de ce que les autres pensent de vous pour exprimer votre vraie grandeur avec coeur et bonheur

vous pouviez faire la différence que vous désirez dans votre vie, vos relations, vos créations en étant de plus en plus libre d’être vous-même

vous saviez comment aborder chacune de vos interactions, facile ou pénible, pour qu’elle devienne une porte d’entrée vers ce qui vous tient à coeur

 

Si vous en avez assez

de ne pas être fidèle à vous-même, de ne pas vous exprimer librement et de ne pas aimer pleinement

de ne pas avoir l’impact et l’appréciation que vous désirez dans vos relations et vos créations

de ne pas pouvoir jouir de votre vie, de vos talents, de ce et de ceux que vous aimez

 

Rassurez-vous, il y a une porte de sortie 

Au fil des ans, j’ai découvert ce qui nous empêche d’exprimer notre vraie grandeur, de créer ce qui nous tient à coeur et de recevoir avec bonheur ce qu’on souhaite :

notre coeur, notre élans créateurs, notre valeur et notre bonheur sont coincés entre nos « Il Faut »  et nos réactions inavouées contre ces « Il Faut »  c’est-à-dire nos « F**ck You! ».

Depuis 38 ans, j’aide des créateurs, des entrepreneurs, des artistes, des artistes en herbe et des coach de toutes sortes à développer une qualité de présence qui les sort de ce piège et qui fait toute la différence.

Ils retrouvent alors la liberté d’être eux-mêmes, de  jouir de leur vie, d’exprimer leur potentiel unique,  de vivre des relations passionnantes et gratifiantes et de recevoir ce que leur coeur désire.

 

« Quand j’ai commencé le travail avec Denise, je me sentais à côté de mes souliers, à côté de mon chemin.

J’avais des jugements: je n’aime pas les groupes, c’est téteux, je ne suis pas mal prise à ce point là…

Pourtant, ça m’a permis de vivre  ce que j’ai toujours voulu vivre et je me sens tellement plus libre! 
Ça m’a fait découvrir que mes rêves les plus fous sont réalisables.
Geneviève Granbois, chocolatière 

 

 

 « J‘avais peur d’être vue dans ce que jugeais de moi.

Pourtant, quelle liberté, quelle énergie j’ai récupérées dans l’échange RÉEL,

Comme actrice, je suis plus vraie, plus libre, plus dans le DON et je ne juge plus ce qui sort de moi.

Accepter mes zones d’ombre m’a permis d’incarner mon personnage dans Mirador avec tellement plus de profondeur, de couleur et d’abandon!« 

Nathalie Coupal, comédienne

 

Dans le prochain atelier du Coeur Créateur ( novembre 2014), 

vous pourrez sortir à votre tour du piège des « Il Faut/Fuck You » pour:

être courageux, créateur et inspirant dans votre expression et vos créations que vous soyez parfait ou non

créer des interactions passionnantes et satisfaisantes avec vous-même, les autres, vos projets  et vos rêves

avoir l’impact et la reconnaissance que vous désirez en étant pleinement vous-même, détendu, en confiance 

ouvrir les portes que vous croyez interdites pour vous et aller au bout de vos amours, votre expression et vos rêves

 

« Je suis du genre cartésien qui trouvait que les affaires de coeur ce n’étaient pas vraiment « homme ».

Je n’aurais jamais cru qu’utiliser mon coeur me rendrait plus brillant!

Je suis passé du divorce envisagé avec ma conjointe (après 25 ans de mariage) à contempler le reste de ma vie avec elle (oui, c’est possible).

Comme formateur,  j’ai une plus grande satisfaction et je fais les choses parce que ça me plait . 

Je me laisse toucher par ce que les participants vivent, ce qui me permet d’intervenir avec plus de justesse et d’impact. »

Pierre Lescarbeauformateur en entreprises

 

L’atelier du Coeur Créateur sera pour vous:

– un environnement privilégié pour cesser de vous prouver, vous obliger, vous trafiquer, vous juger, faire semblant, vous mettre de la pression

– un laboratoire où vous explorerez des manières d’interagir et de vous exprimer qui vous font vibrer et qui inspirent les autres

– un oasis où vous pourrez embrasser tout ce que vous êtes, le sombre et le lumineux, pour libérer votre présence unique

– une aventure pour aller au bout de vos rêves en découvant des possibilités inespérées dans vos obstacles et conflits

– un contexte qui va vous permettre de dépasser vos peurs en vous acceptant où vous êtes, comme vous êtes

– une place où vous apprendrez à utiliser vos échecs pour vous ouvrir à recevoir ce que vous désirez

– un lieu où vous aurez l’heure juste sur ce qui vous empêche de vivre ce que vous souhaitez

– une fenêtre ouverte sur l’intelligence créatrice, la grandeur et le charisme de votre coeur 

 

« Ce travail m’a permis de sortir de la « glue » dans laquelle je me suis enlisée longtemps.

M’aimer assez pour rencontrer et exprimer ma vérité et ainsi laisser circuler la vie en moi.

À chaque fois que je le fais, c’est l’inconnu, la création dans toute sa grande simplicité, avec ses hauts et ses bas!

Dans mon travail d’actrice, je sens tellement la différence entre forcer le jeu, le fabriquer 

et  l’offrir de tout mon coeur librement, avec tout ce qui est là « 

 Danièle Proulx, comédienne

 

Oui mais Denise…

« Je me sentirais  « looser » d’aller dans un atelier comme ça… j’ai peur de pas être assez ceci ou cela… de me faire embobiner… »

C’est normal, plusieurs participants ont les mêmes réticentes et les mêmes peurs au départ.

La bonne nouvelle c’est que toutes vos réactions sont les bienvenues et vous pourrez les exprimer dans l’atelier pour vous rapprocher de votre coeur et de ce qui vous tient à coeur.

Le groupe va vous amener au delà de ce que vous pouvez accomplir et découvrir seul et vous aider à voir ce qui vous empêche de réaliser et recevoir ce que vous désirez le plus.

 

« Comment savoir si ça va marcher pour moi? »

Ça marche pour tous ceux qui s’investissent avec tout ce qu’ils sont: le beau et le moins beau, le fin et le moins fin, le petit et le grand, le doux et le fort, le brillant et le poche, le remarquable et l’ordinaire…

et qui font les pratiques proposées pour libérer leur vraie présence, créer du bon, du beau et du nouveau à partir de ce qui est là maintenant et recevoir avec bonheur ce qu’ils désirent.

 

Oui mais…  est-ce difficile?

Comme toute aventure du coeur, toute création digne de ce nom, c’est aussi exigeant que gratifiant, aussi impliquant que libérateur.

La bonne nouvelle, c’est que vous serez inspirés, encouragés, aimés, vus et soutenus comme vous l’avez rarement été

 

 » J’imaginais que j’allais avoir à performer, me prouver.

C’est exactement le contraire. Fiou, quelle libération !!!

Même si parfois ça m’a fait rencontrer mes zones d’ombre,  la présence et l’accueil des autres sont tellement bienfaisants!

 Je me sens tellement plus créatrice dans mon travail avec les gens que j’aide.

Et Denise est un modèle d’intégrité, de générosité, de créativité… ! »

Joanne Blais, psychologue

 

 

« L’atelier, c’est la vraie vie en format concentré. En y ajoutant un peu d’amour et d’eau fraîche, j’en retire tout le jus qui m’est nécessaire pour bien la vivre ma vie. »

Jean-Claude, informaticien

 

.Comment ça se passe un groupe d’Improrelations

L’initiation au Coeur Créateur est une fin de semaine de 2  jours de 9:30 à 5:30,  à Montréal.

Le groupe est de 8 personnes maximum, le prix 450$.

 

Pour ceux qui désirent aller plus loin, la fin de semaine est suivie d’une rencontre d’une journée, 6 à 8 semaines plus tard.

Entre la fin de semaine et cette  journée, les participants ont la chance d’intégrer ce qu’ils ont appris, en échangeant par courriel, guidés et soutenus par les clés, les pratiques

et les pistes que je leur offre face à ce qu’ils vivent et par les expériences et les découvertes de chacun.

Ils ont donc un soutien quotidien et peuvent appliquer ces pratiques et ces clés à ce qu’ils rencontrent dans leurs vies pour libérer leur potentiel amoureux et créateur

Cette journée d’atelier, incluant les échanges, le soutien et les pratiques pendant 6 à 8 semaines, est de 350$

 

« Les Improrelations m’ont remis en contact avec ma création et avec le canal de l’amour, mais l’amour gratuit, l’amour de la vie…

et cette attitude m’a permis d’ouvrir des portes que je croyais fermées. Les gens qui sont importants pour moi ont maintenant le goût d’être proche de moi.

Yves S, consultant en environnement

 

Les pratiques interactives et créatrices donnent l’occasion à chacun de saisir sur le vif:

comment embrasser tout ce qu’il est pour se sentir entier, vibrant, en paix

comment s’exercer à une expression authentique vivante qui libère son cœur et ses dons uniques et qui rejoint les autres

comment interagir créativement avec son entourage pour découvrir ce qui veut naître de beau de bon et de nouveau dans sa vie

 

« C’est incroyable de constater comme je pouvais endurer auparavant. J’estimais que ça faisait partie de la vie!

La sortie au grand jour de mon ombre et la formulation d’intentions créatrices ont un réel impact sur mon travail d’écriture.  

Grâce à ce travail j’ai retrouvé ma nature fervente, ma confiance en ma vocation et mon talent. Je reçois depuis des averses d’inspirations.

L’amour qui circule dans le groupe n’est pas basé sur la répression de nos laideurs ni sur la négation de nos difficultés

Ça répond à ma soif de vie créatrice, en dehors de la zone proprement artistique! »

Denise Neveu, écrivaine

 

Je n’étais jamais satisfaire dans ma vie, je n’en avais jamais assez.

J’ai appris qu’exprimer mon potentiel me remplit et que l’amour est une expérience qui se renouvelle.

Dans ma vie professionnelle, je prends plaisir à faire les efforts qu’il faut, à jouer, à créer.

J’ai maintenant une relation avec un homme aimant et généreux et j’ai pris goût

Tout est amplifié en groupe, les défis sont grands mais les bénéfices tout autant.

C’est le meilleur investissement de ma vie!!

 Marie Brouillet, coach et directrice de formation

 

M’exprimer dans le groupe m’a donné la force et le courage de dépasser mes peurs.
 Je réalise les rêves qui me faisaient peur avant.
Avant je n’osais même pas prendre un cours d’acteur ou passer des auditions.
Je fais maintenant le métier d’acteur dont je rêvais et j’ai une belle relation amoureuse pour la première fois.
Et cet amour que je commence finalement à  sentir dans ma vie, est un rêve qui m’a paru si lointain depuis si longtemps. 
J’ai jamais eu autant de plaisir dans ma vie à faire les choses les plus banales…. »

Gian, auteur et acteur

 

  » J’ai récupéré MA VIE. Aujourd’hui, je suis mariée et heureuse en amour.

Mon conjoint et moi avons adopté deux enfants. Jamais, je n’aurais pu vivre ça auparavant.  J’exigeais la perfection! 

Le groupe est un terrain de jeux incroyable qui permet au meilleur de moi d’émerger. 

Lorsqu’un de nous fait un pas, tous en profitent. Peu importe ce que je vis, je ne suis pas seule.

Avant je rêvais. Maintenant je vis mes rêves.

J’ai rencontré beaucoup de grands maîtres, j’ai trop et mal médité. Je cherchais à « m’élever », à me placer au-dessus des autres.

Maintenant, je vis la richesse du quotidien plutôt qu’idéaliser un nirvana dans l’au-delà. »

Eugénie Francoeur, journaliste et directrice à « Voyager pour l’humanité »

 

« Il y a de la vie dans ma vie!!!  Ça goûte bon!!!

Aïe!  Une chance que je suis allée te voir car j’étais en train de passer carrément à côté de ma vie!!! »

Ursula enseignante et artiste

 

Prochain groupe d’Improrelations: Septembre 2014!

 Pour vous inscrire, écrivez-moi à: info@improrelations.com