Parfaits ou libres d’être ce qu’on est?

IMG_0874Denise Noël

Voici un extrait, adapté pour ce blogue, d’un passage du livre que je suis en train d’écrire.

Si tout va bien, ce livre, plus court, simple et concret que mes 2 autres, sera illustré!

 

Pour partir du bon pied

et vous rendre où vous voulez

épousez votre réalité telle qu’elle est

faites les yeux doux à votre vérité

même si elle n’est pas maquillée

pas comme vous voulez,

si vous l’épousez sans la trafiquer

avec coeur et curiosité

elle va vous libérer, vous faire vibrer, vous harmoniser

et vous accorder à ce que vous souhaitez

 

« Vous avez tendance à snober et rejeter ce que vous vivez, sous prétexte que ce n’est pas assez hot, cool, beau, brillant, gentil, évolué, fort ou extraordinaire ?

Vous vous sentez éteints, vides, déconnectés, à côté de vos bottines, imposteurs?

Vous êtes coincés entre « ou je suis parfait ou je suis rejet, ou je l’ai tout de suite ou je prends la fuite, ou je l’ai toute ou je l’ai pas pan toute »?

Vous vous mettez de la pression pour répondre aux attentes des autres et aux vôtres (Il Faut).

Quand vous n’y arrivez pas, vous ne vous sentez pas à la hauteur, pas assez?

Vous vous tapez alors sur la tête et vous n’avez plus le goût de jouer (Fuck You)?

 

Pourtant, rejeter ce qui vous habite est la crazy glue qui vous cimente à vos malaises et vos cercles vicieux!

Plus vous luttez contre ce que vous vivez, plus ça vous colle après, plus ça prend du pouvoir sur vous, plus vous êtes tendus, coupés de l’effervescence de la vie, pris dans un univers inhospitalier et plus la joie vous file entre les doigts.

Au contraire, en embrassant ce qui se passe maintenant en vous, vous serez libres d’être amoureusement imparfaits, vrais, vivants, uniques et présents!

Vous pourrez alors capter les élans, les inspirations, les mouvements de vie qui émergent de cette connexion pour avancer sur le chemin unique qui vous rapproche de votre coeur et de ce qui vous tient à coeur.

 

Il  y a une clé pour libérer la vitalité de votre vraie présence et de vos inspirations, à partir de ce que vous vivez dans le moment.

Grâce à cette clé, fini de juger et rejeter ce que vous êtes ou n’êtes pas, ce que vous sentez ou pas, plus besoin de pédaler dans votre tête pour être plus ceci ou cela!

Terminés les  » pourquoi ça m’arrive à moi, qu’est-ce qui marche pas avec moi, j’aurais donc dû, maudit que je suis poche, looser, pas rapport! »

 

La pratique

Que ce soit négatif ou positif, laid ou beau, fort ou faible, glorieux ou honteux, je vous invite à utiliser la clé simple et concrète qui suit face à ce qui est présent en vous.

Elle va vous connecter à votre nature amoureuse et créatrice pour entrer en relation avec ce qui se passe en vous d’une manière qui vous comble, vous surprend, vous anime…

Elle va vous ouvrir avec coeur et curiosité à ce qui a besoin d’être aimé et libéré en vous face à ce que vous rencontrez…

et vous permettre de découvrir de nouvelles avenues dans ce qui vous heurte ou vous frustre.

Enfin, vous pourrez exprimer votre vérité, sans vouloir avoir raison, avec une qualité de présence qui fait toute la différence, pour vous et pour les autres!

Vous êtes prêts?

1- Dites avec un grand soupir de soulagement, en laissant glisser votre attention sur l’expiration et en faisant vibrer le ahhh dans votre corps:

– ahhh… ce qui m’habite maintenant est parfait pour aimer et créer!

Attention, le soupir de soulagement et les ahhh vibrants  sont aussi importants que les mots!

Ils vous sortent de votre tête, déposent votre attention dans votre corps vibrant (gorge, poitrine, ventre) et vous connectent avec un abandon libérateur à ce qui vous habite.

En restant ouverts et curieux face à ce que vous ressentez dans votre corps, vous vous brancherez à votre source de vie, d’amour et d’inspirations.

Vous passerez peu à peu d’absents à présents, d’éteints à vivants, de forcés à naturels, de contractés à détendus.

Répétez ces mots en faisant vibrer vos ahhh jusqu’à ce que vous sentiez une éclaircie, une respiration, un apaisement, une vitalité, un élan, une inspiration…

Restez attentifs, sans forcer, à ce qui émerge spontanément que ce soit des émotions, des mots, des inspirations, des élans, des mouvements.

 

Vous pouvez ensuite vous demander:

– qu’est-ce qui a besoin d’être aimé ou libéré en moi face à ce que je rencontre maintenant?

Pas besoin d’avoir une mega estime de soi ou des capacités spéciales pour faire cette pratique.

Il s’agit plutôt de recevoir tout ce qui nous vient comme des dons de la vie qui visent à nous rapprocher de notre coeur et de ce qui nous tient à coeur.

Et si ça ne marche pas pour vous? Eh bien, ouvrez-vous avec coeur et curiosité à ce que vous ressentez face à cet échec en disant:

– ahhh… c’est parfait pour aimer et créer!

Qui sait quelle belle possibilité de vous aimer, vous libérer et vous exprimer  vous pourriez découvrir à travers cet échec?

 

2- Puis, en observant le niveau de votre vitalité, demandez-vous quel en est le degré entre 0 et 10.

0: « j’ai  juste le goût de m’effoirer devant la télé en mangeant des chips ou du chocolat pour le reste de vie »

5:  » c’est correct, je fonctionne mais je n’ai pas vraiment de pep dans la foulée ou d’étoiles dans le yeux »

10: « j’ai une joie, un élan, une flamme qui m’animent de l’intérieur, qui me donnent le goût de fredonner, faire une p’tite danse, sourire, aimer tout le monde, créer du beau et du bon. »

Si c’est moins que 10, demandez-vous ce que vous avez besoin de laisser émerger ou s’exprimer pour monter d’un ou deux degrés ou pour être à 10.

Écoutez et suivez ce qui vous vient:

que ce soit un goût de danser, chanter, courir tout nu dans le salon, rire, pleurer, vous laisser toucher, exprimer une vérité, un besoin, de la gratitude, lâcher un contrôle, essayer quelque chose de nouveau en vous permettant l’erreur, faire des hugs à vos proches, suivre un élan…

 

Vous pouvez faire cette pratique en prenant le temps d’écouter ce qui se passe en vous, ou au coeur de l’action et de vos interactions, pour vous laisser surprendre parce ce qui va émerger de ce contact libérateur.

 

Les clés de mon prochain livre 

vous font faire un mariage heureux entre votre nature amoureuse et créatrice et ce que vous vivez maintenant pour vous sortir de vos impasses et retrouver votre liberté d’être, d’aimer et de créer dans la joie.

Les participants d’un groupe d’Improrelations les pratiquent quotidiennement et quand ils les font à fond, ils ont des des résultats aussi surprenants que réjouissants.

 

Rappelez-vous!

Vous ne pouvez  pas obliger la vie ou les autres à se conformer à vos attentes, mais vous pouvez découvrir des perles dans ce que vous vivez, en l’abordant avec des attitudes et des intentions créatrices et amoureuses.

Ce n’est pas ce que vous vivez qui vous rend mal ou bien, c’est Qui en vous l’aborde, dans quelle intention et avec quelle attitude.

Donnez-m’en des nouvelles!

Et si vous vous rappelez des moments où vous vous êtes enlevés du chemin pour vous laisser porter par une impulsion amoureuse et créatrice, racontez-nous comment ça s’est passé dans les commentaires vous risquez d’en inspirer d’autres!

 

 

 

Publicités

La liberté de se planter c’est pas un luxe!

Denise Noël

Dernièrement, une participante m’a posé une question, après avoir vu paniquer le chanteur Jahmene Douglas à l’émission « The X Factor ».

« Est-ce nécessaire de vivre cette anxiété, cette terreur? La pression qu’il se met vient-elle de son Ego ? Est-ce possible que ce n’est pas sa place, ou il est appelé à se libérer pour faire ce qu’il aime tant faire ? »

Cette question a suscité des questions et des réflexions chez les autres participants du groupe, alors je me suis dit que ça risquait de vous intéresser aussi.

Ce qui me frappe quand je regarde les videos, à part le talent et le courage de Jahmene, c’est qu’avant d’entrer en scène, il respire comme une femme enceinte.

De quoi accouche-t-il donc?  De sa vraie présence, unique et vibrante, rien de moins! Quand on l’écoute chanter à la 1ère audition, on la reçoit en plein corps et en plein coeur.

Il est ouvert et il nous offre généreusement ce qu’il est à travers sa voix et son expression.

Dans les auditions suivantes, sa panique prend le dessus, il chante moins bien et il nous touche moins. Pourquoi?

Voilà un passage tiré de « Bungee, Vibrato et Tango » qui nous éclaire là-dessus. 

« En art comme en amour, nos défenses nous font mettre notre attention et nos énergies sur ce qu’on veut éviter plutôt que sur ce qu’on désire créer et offrir.

Elles nous poussent à vouloir contrôler autant ce qui sort de nous que la réaction des gens autour de nous.

Elles bloquent ainsi notre flot amoureux et créateur (créacoeur), nous empêchent d’offrir notre vraie présence, mettent un frein à nos rêves, nous volent notre joie et notre liberté d’aimer et créer.

On est en réaction plutôt qu’en créaction.

Sous prétexte de ne pas se faire rejeter, juger ou avoir, on se crispe et on se coupe du plus tendre, du plus unique, du plus libre et du plus vibrant de nous.

Une comédienne, déçue de ne pas obtenir de rôles, me confiait :

– Je ne suis jamais allée jusqu’au bout de moi parce que j’ai trop peur de l’échec, du rejet. Je n’ai jamais tout donné ce que j’avais à donner. »

À sa 1ère audition, Jahmene est allé au bout de lui-même.

Malheureusement, suite aux commentaires dithyrambiques des juges, le regard des autres prend trop d’importance.

Il passe d’un oui et à un ne pas, de l’ouverture au contrôle.

Il tombe dans l’obligation de réussir à tout prix pour éviter l’échec et, comme il le dit à un moment donné, il perd sa confiance en lui, .

C’est que son estime personnelle et son rêve dépendent du regard et de l’approbation des autres et il est tombé dans le piège Il Faut/Fuck You.

Il faut que je réponde à vos attentes pour ne pas vivre d’échec mais, vous ne m’aurez pas toutt, comme ça vous ne pourrez pas toutt me rejeter!

Son besoin de se prouver prend le dessus sur son amour du chant, sa liberté d’être et sa joie de s’exprimer alors il essaie de contrôler ce qui sort de lui.

Il perd contact avec le flot naturel et libre de sa présence et de son expression. On sent qu’il force et on ne reçoit plus son chant en plein coeur.

La pratique

Que pourrait-il faire pour revenir à un oui et?

Plutôt que de se fermer ou se pousser, il a l’occasion de s’aimer et se libérer pour chanter avec plus de bonheur.

Comment?

– En  s’engageant à poursuivre son rêve, qu’il gagne le concours ou non.

-En respirant doucement et profondément pour amener son attention dans son corps et dire bienvenue à la part de lui qui a peur de ne pas réussir avec tout ce qui vient avec :

malaises corporels, peur de ne pas être à la hauteur, peur  d’être déçu…

Ça va le ramener dans son corps, dans son coeur et dans le présent.

-En s’ouvrant ensuite à découvrir une possibilité amoureuse et créatrice dans ce qu’il rencontre.

Et enfin, en se connectant aux gens qui l’entourent qui ont le goût de sa présence. En se laissant porter par ce lien pour sortir de sa bulle fermée, là où se multiplient ses peurs.

Il pourrait alors rester ouvert, se donner librement, avec la conviction que si ça ne répond pas comme il le désire, il y a une possibilité insoupçonnée pour lui là-dedans.

Et, c’est la même chose en amour : quand nos résistances prennent les devants, on perd notre ouverture et, par le fait même, les délices des débuts.

C’est qu’on ne réalise pas qu’en se fermant, on enferme et on étouffe la part de nous la plus libre, amoureuse, ingénieuse et vivante.

Voilà! Vos réactions et vos questions sont les bienvenues.

D’ici le prochain billet, je vous invite à faire tout ce que vous pouvez pour rester ouverts à tout ce que vous vivez, c’est la clé de votre liberté de découvrir du bon, du beau et du nouveau dans tout!

Pour voir la 1ère audition de Jahmene vous pouvez aller à:

Et si vous voulez voir une des suivantes:


L’inspiration du lundi

 

 

 

L’amour, c’est l’occasion unique de mûrir, de prendre forme, de devenir soi-même un monde pour l’amour de l’être aimé. C’est une haute exigence, une ambition sans limite, qui fait de celui qui aime un élu qu’appelle le large.

Rainer Maria Rilke

 Oui, c’est l’occasion de mûrir comme un fruit savoureux et juteux sous le soleil du cœur.

L’occasion d’épouser pleinement qui on est pour libérer sa forme unique.

L’occasion de devenir une terre d’accueil fertile pour recevoir l’amour de l’être aimé et le faire grandir.

C’est une haute exigence parce que l’amour est toujours en expansion, en mouvement, en création…

… Et, qu’il fait de nous des élus qu’appelle le large champ amoureux et créateur qui nous relie ensemble.

Aimer c’est quoi au juste?

 C’est l’ouverture, sans jugements et sans calculs à tout ce qu’on est, pour l’épanouir et l’offrir.

C’est faire confiance que ce qu’on vit maintenant est parfait pour aimer et créer.

C’est accepter de ne pas être parfaits et d’avoir besoin des autres.

Aimer c’est offrir à l’autre sa pleine présence et nourrir le meilleur de lui.

C’est cesser de l’utiliser pour dorer sa propre image, remplir son vide,  justifier ses fermetures et ses ressentiments.

C’est lui donner de l’importance, voir son humanité au-delà des apparences  – ses rêves, ses difficultés, ses blessures – et de nos préférences – ses besoins et ses goûts propres – et se laisser toucher, transformer par lui.

Choisissez maintenant une personne que vous avez de la difficulté à voir avec les yeux du cœur.

Imaginez une paille qui relie vos deux cœurs : un pipeline pour l’amour qui vous connecte à l’essentiel de chacun au delà des apparences, des barrières, des différends.

Inspirez par la bouche en buvant cet élixir d’amour puis expirez et envoyez-le à cette personne.

Faites cet aller-retour jusqu’à ce que vous sentiez ouverts et que vous la perceviez, en dehors de vos jugements et de vos résistances, comme une porte d’entrée vers du bon, du beau et du nouveau.

Puis laissez venir les inspirations et les élans qui naissent de cette vision créatrice du cœur.

Cette semaine essayez de voir chaque rencontre, chaque expérience comme une invitation à vous ouvrir pour les voir avec les yeux du coeur et rejoindre le vaste champ de possibilités créatrices et amoureuses dans lequel on baigne.


La vérité du coeur, notre bougie d’allumage

 

La vérité du cœur, notre bougie d’allumage

 Cette semaine, je vous offre un extrait de mon livre Le Cœur Créateur. Après l’avoir lu, envoyez-moi vos questions, réactions, incompréhensions. J’y répondrai avec joie.

Ça va reposer mes méninges et vous éclairer sur certains passages de mon livre.

« La découverte et l’expression de la vérité du cœur sont un art en soi.

Voici un exemple étonnant où une vérité du cœur — pas nécessairement douce — a transformé les personnes, les interactions et l’atmosphère d’un groupe d’Improrelations.

Ce qui en fait une vérité du cœur, c’est l’intention et l’attitude de chacun. C’est aussi l’effet qu’elle produit, et non les paroles exprimées. Qui et Pourquoi et non Quoi.

Remarquez comment l’échange suivant a rapproché mes participants, tout en les libérant et en leur redonnant vie. C’est le propre de la vérité du cœur.

Dans leurs propos, il n’y a aucune hostilité. Seulement un flot de vie et de vérité, exprimé dans l’intention d’être fidèle à soi en restant ouvert à l’autre.

Marianne, une dame âgée, douce et pure comme le savon Dove, a tendance à nous lancer des fleurs. On dirait la madone des roses.

Au début d’une sixième rencontre de groupe, elle nous annonce qu’elle songe à nous quitter : son horaire est serré, elle va maintenant très, très bien, et merci et re-merci et je vous apprécie tellement et vous êtes tous si merveilleux…

Je l’invite alors à aller faire un tour dans son corps pour voir s’il vibre en accord avec ses paroles onctueuses. Pas moyen ! Elle nous inonde encore plus de bons mots !

Renaud, qui rivalise de gentillesse avec elle, lui dit soudain d’un ton plaintif et éteint, qu’il est triste de la voir partir. Qu’elle va lui manquer… Il est aussi allumé que la cendre d’un bâton d’encens.

Je lui fais remarquer qu’il n’y a pas beaucoup de jus dans ce qu’il exprime. Qu’il n’a pas l’air de libérer quoi que ce soit de bon ou de nouveau en lui. Est-ce vraiment ce qu’il vit ?

À la surprise générale, il sort tout à coup de sa grisaille ouatée. Il lance à Marianne :

— Va-t-en donc si tu veux !

Et Marianne de rétorquer du tac au tac :

— Non, je ne m’en irai pas !

Éberlués, on éclate tous de rire devant ces répliques inattendues. Elles détonnent avec l’habituelle affabilité fanée de Renaud et la généreuse distribution de bonbons mielleux de Marianne.

L’atmosphère change du tout au tout. En deux secondes, on passe du rosaire en famille à une joute de hockey. Avec joueurs engagés et spectateurs enthousiastes. La vie et les révélations fusent de partout.

Ces ondes de vérité viennent de nous libérer et de nous harmoniser, comme celles des bols tibétains, aux ondes du Cœur Créateur.

Le regard brillant et le verbe bondissant, Renaud passe du gris au rouge feu. Marianne, assise sur le bout de sa chaise, s’anime comme un Pinocchio qui reprend vie. Elle nous avoue en riant qu’elle n’est plus certaine de vouloir s’en aller.

Cette altercation a fait d’une pierre deux coups. Renaud s’est rapproché de lui-même et de nous en lâchant le bon p’tit gars qu’il se plaît souvent à dégainer pour ne pas assumer ce qu’il vit réellement.

Et Marianne s’est insurgée contre sa tendance à répondre aux attentes des autres. Cette habitude transforme tout en obligations contre lesquelles elle réagit ensuite en retirant sa vraie présence.

Tous les deux sont devenus plus vivants, libres, ouverts et présents.

Comme eux, si vous préférez la vérité du cœur à vos images et vos illusions, elle vous le rendra au centuple. Elle fera tomber vos murs. Vous réconciliera avec votre vraie nature. Vous redonnera vie. Vous branchera sur l’amour. Vous reliera à votre entourage à travers des accords justes et inédits. »

Relisez cet échange, essayez d’y découvrir les 6 attributs de la vérité du cœur et envoyez-les-moi.

Rappelez-vous un moment où vous avez exprimé une telle vérité et décrivez-le-moi.

Quand vous vous exprimez et que vous n’obtenez pas l’effet souhaité – en vous et autour de vous – demandez-vous avec bienveillance Qui s’est exprimé en vous et Pourquoi.

Vérifiez s’il y a un reproche ou un jugement caché dans ce que vous dites.

 Quand vous êtes dans la vérité du cœur, vous vous sentez vibrants, ouverts et souvent, vulnérables.

Elle ouvre votre coeur à ce qui vous habite et à ce qui vous entoure…

N’oubliez pas: la vérité du coeur est la bougie d’allumage de nos vies, le point de départ de tous les possibles!


L’inspiration du jeudi

« …la seule manière de bien paraître est de bien faire paraître les autres en nous validant les uns les autres et en prenant soin des idées des autres. Ça veut dire que tout ce qu’on entend est l’idée la plus importante au monde. On va être affectée par elle, l’utiliser et la rehausser. C’est un travail d’ensemble : où nous coulons tous, où nous nageons tous. »

Traduction maison d’un texte de Charna Halpern sur l’impro théâtrale dans Art by committee

 Autrement dit, pour libérer le meilleur de vous, vous devez participer à l’épanouissement du meilleur des autres!

Comment? En recevant ce qu’ils vous présentent comme un présent et en offrant ce que ça soulève en vous comme un don. De la création amoureuse à l’état pur!

Voici maintenant une pratique enjouée pour vous extirper du mental isoloir et devenir un canal pour la magie amoureuse et créatrice ambiante.

Choisissez une personne ou un projet à qui vous n’offrez pas votre pleine présence ou à qui vous souhaitez un p’tit séjour en enfer, question de la réformer un tant soit peu.

Rappelez-vous avec tendresse que tout est parfait pour aimer et créer, tournez votre alliance de création amoureuse dans votre doigt puis chantonnez sur tous les tons  et en faisant quelques steppettes de votre cru, cette incantation magique :

– Ôôôôh, je me demande quelle belle possibilité amoureuse et créatrice est cachée spécialement pour moi dans cette interaction???

Écrivez ensuite, sur des bouts de papier différents, plusieurs petits mots doux, du genre que vous aimeriez recevoir.

Soufflez quelques ballounes, attachez un mot doux à chacune d’elles, puis lancez-les dans les airs en imaginant que vous les envoyez à cette personne qui vous les renvoie à son tour avec bonheur.

S’il vous vient une impulsion généreuse et/ou farfelue pour bien faire paraître cette personne, suivez-là sans tarder : le ridicule librement consenti par amour tue le mental isoloir!

P.S. Ma conférence s’est bien déroulée… j’ai eu du plaisir et les gens aussi si je me fie à leurs sourires en partant et à leurs rires pendant.


Inspiration du jeudi

« Évite la tiédeur. Brûle-toi si tu veux, gèle si ça te chante, mais choisis. Si tu te brûles, sois la braise. Si tu te gèles sois la glace. »

Henri Gougaud

 Dites oui avec cœur ou dites non avec courage, mais ne restez pas entre les deux! Épouser pleinement vos choix va libérer votre vraie présence, vous permettre de jouir du moment et de faire le bonheur de votre entourage. Un festin pour les sens et pour le coeur!

C’est ce que je vous souhaite pour les fêtes : le cadeau de votre pleine présence libérée, aussi folle qu’amoureuse!


Alerte à la bombe, je ne suis pas parfait(e)!

Alerte à la bombe, je ne suis pas parfait(e)!

 Je rencontre plusieurs parents en thérapie qui en arrachent avec leurs rejetons. Ils ont l’impression d’être tenus en otage par des Divas ayant suivi un entraînement intensif chez Al-Qaïda.

(Si ce n’est pas votre cas, prenez une situation ou une relation qui éveille votre Hulk intérieur ou qui vous donne le goût d’aller faire un somme sur la voie ferrée.)

Ces parents se sentent ligotés, déroutés, condamnés aux travaux forcés. Ils oscillent entre redoubler d’effort, péter les plombs, faire la grève ou se cacher sous leur lit. Ils ignorent qu’ils sont à l’orée d’un heureux renversement, s’ils osent être vulnérables et plonger dans l’inconnu pour libérer leur vraie présence.

Je comprends ce qu’ils vivent, je suis passée par là. Il y a 34 ans. Je manquais tellement de sommeil et de temps pour moi que, comme je l’ai déjà dit, je fantasmais de faire cuire mon bébé pour souper. Il faut vraiment être à bouttt!

Par chance, j’ai eu une inspiration (du Cœur Créateur, c’est sûr!) qui m’a éclairée sur les rouages de cet enfer autogéré.

À bout de souffle et de ressources, j’ai un jour lâché prise sur mon besoin de gagner le marathon de la mère parfaite. J’ai accepté que je n’en pouvais plus d’accourir pour faire cesser les pleurs de mon fiston comme s’ils étaient une alerte à la bombe.

En réalité, la bombe c’était un ne pas qui se cachait dans mes agissements. Je pédalais et répétais les même comportements stériles pour fuir ma culpabilité de ne pas être à la hauteur et faire taire ma honte de ne pas être assez.

C’était forçant en titi, mon vrai jus manquait au rendez-vous, je me le reprochais, redoublais mes efforts et quand ça ne marchait pas j’en voulais à la vie de m’avoir envoyé un tel rejeton… et me sentais coupable. Oh, le beau cercle vicieux!

Il était grand temps de m’aimer avec mes imperfections, mes limites et mes besoins pour libérer ma présence authentique et l’offrir à mon bébé. La merveille c’est que c’est la chose dont il avait le plus besoin pour se sentir aimé, entouré.

Ô miracle! Le jour où j’ai enfin lâché, mon p’tit morpion a dormi comme un ange dans son berceau sur le balcon. Tout seul, comme un grand, deux heures d’affilée, une première! Bon, il a eu un coup de soleil mais il faut bien faire une offrande aux dieux de la perfection pour qu’ils nous laissent la vie sauve.

Voilà pourquoi, quand ces parents démunis répètent comme une litanie, qu’est-ce que je dois faire ou dire, ne pas faire ou ne pas dire, je leur redis en boucle, ce n’est pas une question de faire, c’est  une question d’être.

C’est le temps d’explorer le fameux tandem Qui et Pourquoi, dont je parle dans le Cœur Créateur. Qui veut absolument faire ou dire quelque chose et Pourquoi?

Le chat sort alors du sac : un beau gros ne pas se cache derrière leurs efforts.

Je leur rappelle que dire oui et à ce qui nous fait du bien c’est aussi dire non et à ce qui ne nous épanouit pas. Non et…je suis à la trace ce qui me rend présent, vibrant, ouvert, pour la plus grande joie de tous.

Au contraire, chaque fois qu’on s’oblige à répondre aux attentes extérieures (réelles ou imaginées), on développe un beau capital de ressentiment et on prive les autres de sa vraie présence en retour.

Je vous invite donc à vous poser les questions qui suivent :

Qu’est-ce que ce je m’oblige à être ou faire pour que les autres m’apprécient, m’admirent ou m’aiment?

– Comment je réagis contre cette obligation?

– Qu’est-ce que je rejette alors de moi et quelle honte je nourris ainsi?

Demandez-vous ensuite :

Qu’est-ce que j’ai besoin de me permettre d’être, de sentir ou d’exprimer pour ne pas en vouloir à telle personne, telle situation et leur donner ma présence vibrante et authentique ?

Osez embrasser et exprimer ce qu’il faut pour libérer votre flot créateur amoureux et la qualité de votre présence fera des miracles.

Du même coup, vous libérerez vos proches du rôle de bourreau que vous leur assignez, les murs, les ressentiments et les masques tomberont, le flot créacoeur jouera à saute-mouton parmi nous et le Cœur Créateur rira dans sa barbe!