À bas les résolutions, vive la révolution!

 

À bas les résolutions haineuses, vive la révolution amoureuse!

Je me rappelle les nobles résolutions que je prenais au pensionnat. Genre : je promets de m’épingler comme un papillon à l’image de petite fille modèle qu’on attend de moi!

Pour un moment, j’étincelais de pureté, ma volonté était boostée aux stéroïdes et j’avais un high instantané, le high de la perfection. Mr. Net venait de chasser d’un coup de torchon la poussière de mes défauts et il ne restait plus aucun bouton disgracieux sur le visage de ma personnalité.

Je croyais qu’avec assez de volonté je pouvais me changer en princesse charmante. Hélas, avant les douze coups de minuit, mes penchants polissons avaient repris le dessus, mon beau carrosse redevenait citrouille et, comme Cendrillon, je retrouvais mes haillons et… mes boutons.

Je ne savais pas qu’il faut recevoir et offrir le baiser de l’amour pour révolutionner sa vie et se changer en princesse, ou en prince. Le recevoir pour s’accepter tels qu’on est et l’offrir pour libérer le meilleur de soi.

Aujourd’hui, on écrit ses buts, ses rêves, sa vision. C’est plus plaisant, mais souvent ça ne dure pas plus longtemps.

Pourquoi? Parce que, quand ils ne partent pas de l’amour, nos objectifs sont infestés de ne pas : tout ce qu’on refuse de vivre, de rencontrer, d’embrasser.

Nos efforts engraissent alors nos séparations et nos haines – de nous et des autres – et donc, nos résistances à recevoir ce qui est bon pour nous et à y goûter pleinement.

Comme je l’explique dans Le Cœur Créateur, ces ne pas emprisonnent nos plus beaux élans dans nos luttes et nos tiraillements intérieurs : bon/pas bon, assez/pas assez, fort/pas fort, hot/pas hot, contrôleur/rebelle, bourreau/victime…

Tôt ou tard, le pôle rejeté ou opprimé se révolte et envahit notre psyché avec ses troupes rebelles. On se retrouve à la case départ, nos sentiments d’impuissance, de honte et de rancœur grandissent, on se hait et se rejette un cran de plus et… on prend de nouvelles résolutions!

Pour recevoir et exprimer du beau, du bon et du nouveau dans nos vies, on doit d’abord, comme en improvisation, dire oui et à ce qui est là maintenant.

Il faut donc aborder avec cœur, curiosité et réceptivité tout ce qu’on est, vit, souhaite et rencontre.

Pour partir l’année du bon pied – celui de votre cœur – embrassez donc vos réalités présentes, vos vulnérabilités, vos besoins de soutien, vos difficultés, vos échecs autant que vos élans créateurs et amoureux, vos rêves et vos réalisations.

 

La pratique de l’acceptamour

C’est une sorte de méditation amoureuse corporelle – tirée du Cœur Créateur pour faire une bise révolutionnaire à ce que vous vivez : la bise de l’acceptamour

a)  Imaginez que ça sonne à votre porte. Allez ouvrir. Quelqu’un vous tend en souriant un bouquet de fleurs au parfum exquis et vous dit:

« J’ai une livraison d’acceptamour pour vous. Êtes-vous prêt à la recevoir ? » 

b)  Dites un beau oui avec le sourire. Prenez le bouquet, remerciez le livreur.

Humez les fleurs en laissant pénétrer leur parfum en profondeur, jusqu’à ce qu’il se dépose au fond de votre ventre, en passant par votre poitrine et votre plexus.

c) Goûtez à la sensation. Observez les effets que ça produit dans votre corps. Est-ce plus ouvert, joyeux, paisible, tendre, léger, plein, vibrant ?

d) Visualisez un thermostat qui indique en degrés la quantité d’acceptamour que votre corps a absorbé jusqu’à maintenant. Est-ce 0, 20, 50, 80 ou 100 degrés ?

g) Refaites le même processus, jusqu’à ce que vous vous sentiez rempli à 100 % d’une délicieuse et subtile sensation de légèreté, de plénitude, d’amour ou de joie.  

h)  Redites un beau merci à la personne qui vous a envoyé ces fleurs !

i) Comme la dégustation partagée accroit le plaisir comme ça s’peut pas, envoyez des fleurs virtuelles ou réelles à une personne à qui ça ferait le plus grand bien. Écrivez ce que vous appréciez d’elle et qui vous fait du bien. Insérez ce mot dans votre envoi.

Vous pouvez maintenant rêver, souhaiter, désirer, imaginer tout votre soûl!

Publicités

Goûtez au savoureux milk shake du Coeur Créateur!

(droits réservés: N. Coupal)

Goûtez au savoureux milk shake du Cœur Créateur!

Plusieurs le savent : je suis follement amoureuse du Cœur Créateur!

Je réalise que je ne vous ai pas vraiment présenté ce DJ ingénieux et rassembleur nouveau genre. Il est temps que je le fasse si je ne veux pas vous perdre dans la brume!

Sachez d’abord qu’il crée des accords vibrants et enlevants, à partir de tout, pour nous faire danser amoureusement et créativement ensemble et découvrir des possibilités inespérées pour la plus grande joie de tous.

Pour faire plus ample connaissance, voyez-le en action dans la vidéo ci-dessous. Zieutez attentivement la pratique des maracas. Elle vient après le rap des too much et ma présentation du Cœur Créateur. Vous verrez alors son courant frémissant et puissant nous allumer, brasser, surprendre, transporter, remuer, dénouer, relier et réjouir à tour de rôle.

C’est que cette pratique des improrelations nous permet d’utiliser tous nos états, nos désirs et nos liens pour nourrir ses accords et ses rythmes.

C’est un genre de méditation interactive en mouvement et en musique, à partir de ce qu’on vit maintenant.

Visionnez maintenant la vidéo avant de continuer votre lecture (elle est en 2 parties, il manquait un p’tit bout à la 1ère et le son n’est pas tout à fait syncro avec l’image mais on suit bien quand même):

http://www.youtube.com/watch?v=R5zdTRYjFh0

Avez-vous remarqué comment on devient enjouées, généreuses, spontanées, captivantes, inventives, fluides, amoureuses quand on laisse le souffle créacoeur de ce DJ renverser nos murs et nous traverser?

Notez comment chacune embrasse ce qui surgit chez elle dans l’intention de participer à la vie et la création commune. Comment chacune devient pétillante quand elle sort de sa bulle et se connecte aux autres à partir de ce qu’elle vit maintenant.

Observez comment Johanne marie son état actuel (j’suis pas prête!) à son désir (chanter dans le plaisir) pour rayonner et nous mettre en joie.

Remarquez comment Macha doit embrasser son j’haïs ça pour faire émerger sa vraie présence, participer pleinement et s’ouvrir aux autres.

Voyez comment Danielle se branche sur son intention amoureuse et créatrice (j’aime… – on dira pas qui, c’est gênant- et ce qu’elle me fait faire…) pour traverser sa résistance.

Notez comment je dois sauter dans le vide de l’inconnu (ho,ha,ho, j’ai rien dans la tête) puis danser avec l’imprévu de ce qui se passe dans mon corps (j’ai un nœud) et ensuite me brancher avec cœur au public pour recouvrer ma présence amoureuse ludique.

Aucune de nous ne pourrait créer seule cette expérience qui nous permet d’embrasser et libérer des aspects personnels qui rejoignent les autres et nous relient ensemble.

En se mariant, les thèmes qui surgissent dans le feu de l’interaction créent une danse originale. On n’aurait pu ni les prévoir ni les contrôler mais ils font la joie de tous.

Avez-vous le goût de saisir à votre tour les invitations impromptues du Cœur Créateur et profiter de ses largesses?

Comment? En devenant ludique (exit le lourd et le trop sérieux), en saisissant le moment (exit le réchauffé et le prévisible), en laissant tomber les artifices et les illusions (exit le faux et le fuyant), en participant de tout cœur (exit le calculé et le mitigé), en vous faufilant partout (exit le rigide et le coincé) et enfin, en incluant tout dans vos explorations (exit le jugeant et le snob), même si ça vous semble farfelu ou difficile.

Laissez donc le Cœur Créateur vous brasser, défaire vos grumeaux, vous réchauffer de sa flamme et libérer vos arômes et saveurs uniques pour nous concocter un régal festif.

Comment? En abordant tout ce que vous vivez avec une pincée de légèreté, un brin de curiosité, trois ou quatre cuillérées de compassion, deux tasses de lousse et un bol d’ouverture et en vous disant que c’est la forme que prend le Cœur Créateur pour danser à travers vous.

Vos commentaires et vos questions sont les bienvenus car le Cœur Créateur circule à travers nos liens. Si vous craignez d’avoir l’air nono ou cucul, bienvenue dans le club très sélect des niaiseux et naïfs libres du Québec!

 

 


La découverte amoureuse c’est pas juste pour les bébés!

Regardez d’abord ceci avant de lire ce que j’ai écrit : http://www.youtube.com/watch?v=tAFDux0UL9c

Est-ce que ce bébé vous captive, vous égaye et vous attendrit autant que moi?

Quand j’ai vu cette vidéo, je me suis dit, le sourire encore accroché aux lèvres : quelle illustration concrète, simple et réjouissante de l’état de découverte amoureuse! La preuve que cette manière d’être est naturelle pour nous.

Si vous l’observez, vous verrez que ce bout d’chou avec sa couche qui pend et ses p’tites pattes en l’air, vit l’état de grâce des créateurs, des mystiques et des leaders consacrés à leur passion et leur vision: il est entièrement absorbé dans l’instant, il découvre au fur et à mesure ses pas de danse, il fait un, ou il est en amour, avec ce qui le fascine sur l’écran et les mouvements que ça lui inspire.

Il y a de l’espoir pour nous, on a tous vécu de ces moments!

Alors pourquoi c’est si difficile de le vivre maintenant, me direz-vous? Ha, ha! Familleprix! C’est qu’en réaction contre les coups durs, les coups bas et les coups au cœur qu’on a eus dans notre famille, on s’est construit un édifice tarabiscoté et barricadé de négations-obstructions-flagellations-accusations-compétitions.

C’est le mental isoloir, ce ti-Jo connaissant qui est dans le champ les trois quarts du temps. Il nous coupe du flot naturel de nos inspirations et de nos connexions amoureuses en nous faisant croire qu’il peut nous éviter tout échec, rejet, inconfort, ou blessure!

S’il s’en était déjà construit un, ce bambin se dirait sûrement : oh mon Dieu! ma couche pend beaucoup trop, ah non! ma jambe ne s’est pas levée du bon côté, c’est pas juste, elles dansent mieux que moi, ou, on rit de moi  alors je ne bouge plus!

La clé pour échapper au mental isoloir? Choisir de laisser le goût d’aimer et de créer prendre le dessus sur ses jugements, ses fermetures et ses peurs en série.

Alors, que diriez-vous de faire la première cure du Coeur Créateur : ne rien retourner contre vous ou contre les autres pour inclure tous vos états intérieurs et vos situations extérieures dans la ronde de la création et de l’amour?

Vous êtes prêts? Cette semaine, face à vos malaises, vos bons coups, vos obstacles… dites : ceci est parfait pour aimer et créer pour la plus grande joie de tous. Ouvrez-vous ensuite avec curiosité et bienveillance à ce qui se passe. Bonne découverte amoureuse!

Pour connaître d’autres pratiques et  en savoir plus sur ce fameux Cœur Créateur, vous pouvez acheter Le Coeur Créateur chez Biosfaire ou Renaud Bray!

Pour ceux et celles qui ne les ont pas encore vues, les photos du lancement du Cœur Créateur sont plus bas dans Older Entries (jai pas encore trouvé pourquoi c’est écrit en anglais???)