Petit conte pour adultes consentants

Petit conte pour adultes consentants

Dernièrement, j’ai rencontré une couple de participants insatisfaits, frustrés de ne pas obtenir ce qu’ils voulaient. En acceptant l’échec de leur tentatives  de contrôler la vie,  ils ont pu sentir dans leurs tripes ce qu’ils désiraient réellement.

C’était la même chose pour les deux : que ce soit doux en dedans.

Ils pouvaient bien être constamment insatisfaits, ils couraient après le pouvoir et la gloire alors qu’ils avaient besoin d’amour.

Si vous avez remarqué, on n’a jamais assez de ce qu’on n’a pas vraiment besoin… Autrement dit, si vous avez faim, quand bien même vous iriez faire pipi 10 fois, vous allez encore avoir faim!

Alors j’ai pensé vous envoyer ce conte, tiré de Bungee, Vibrato et Tango, qui résume ce passage du trou sans fond au doux sans bon sang.

Petit conte pour adultes consentants

À l’aube de ma vie, dans le ventre de maman ou dans mon petit lit

Un trou, comme un appel, dans mon corps si frêle, si petit

Il n’y a personne. Il fait noir. Soif de réconfort, de chaleur.

Besoin de peau, de bras, de battements de cœur.

On a coupé le contact, j’me sens si seul, j’ai peur.

Je gazouille, me tortille, lance quelques torpilles. Je pleure.

Toujours personne pour me tenir compagnie, voyons donc !

J’augmente le son, je change de ton, je mets plus de pression

Oh, oh, quelqu’un à l’horizon!

Au secours, je sens de vilaines vibrations !

Vite ! Ratatinons et faisons quelques ronrons sans façon…

Ouch ! Ça fait peur, ça fait mal cette voix fâchée, ce gros NON!

C’est comme un coup de canon.

Mieux vaut filer doux et oublier les mots doux…

Et voilà que cette histoire se reproduit et fait des dégâts

Trahisons, incompréhensions, abandons, en veux-tu en v’là !

Je dois faire de plus en plus de faux ronrons et j’aime pas ça!

En tout cas, c’est comme ça que je vis ça et pas moyen de me sortir de là.

Comment peut-on me faire ça! Je fulmine, me révolte, j’le prends pas!

Mais le trou, le manque est toujours là.

À la fin, j’me décourage, je ferme boutique et m’plante là

J’veux plus rien savoir de vous et vous aurez plus rien de moi, na !

J’ai plus besoin de vous et je n’veux même plus de moi

On ne me la fera jamais plus celle-là! Y’a plus personne qui va me blesser!

Je mets un scorpion à l’entrée et à la sortie, drette-là !

Pour faire fuir ma souffrance, mon vide et faire le vide autour de moi

Y’a plus personne qui va venir proche de moi

Même pas moi !

R’gardez-moi ben  aller, vous allez voir, j’suis pas si p’tit que ça…

En dedans, à mesure que grandit mon trou sans fond…

J’le remplis de parades, de faux bonds et de faux bon

Et je me fais croire que je n’suis que ça

J’oublie que j’suis plus beau, plus grand que ça

Plusieurs années plus tard, sur Saturne ou dans les Maritimes…

Je suis autosuffisant, suffisant, c’est pas d’la frime

J’ai pas besoin de personne, j’achète tout en prime

Mon besoin de doux, de chaud, de quelque chose de libre et d’intime ?

Enterré, tout plissé, desséché, depuis des lunes

Comme un vieux noyau de prune.

Et voilà que je rencontre quelqu’un d’aimant, ô béatitude, ô déshabitude !

Ô mon Dieu! le ou la voilà, celui ou celle qui brisera ma solitude

Je recommence à sentir le besoin de chaud, de bon, de doux…

Ho là! Danger à l’horizon ! J’étouffe tout, j’enterre ça, je me fous de tout.

Pas question d’avouer ça, encore moins de montrer mon côté minou, minou

C’est cucu, toto, bébé et ça sent pas bon, pfiou !

De quoi j’aurais l’air, si on riait de moi, si on n’en voulait pas

Faut pas aller là, pas toucher ça, je suis dans de beaux draps!

Mais, quoi faire avec ce besoin qui crie famine dans ma poitrine ?

Vite, sortons notre scorpion pour ne pas tomber dans l’abime

Merde ! J’angoisse tellement à m’étouffer comme ça, je n’ai pas le choix

Prêt ou pas prêt j’y vas, je fonce dans le tas, j’ouvre les bras

Au secours, je m’écroule, je coule à pic, je me noie

Je suis tout étourdi, abasourdi, démuni, je me sens tout petit

Et si je perdais la raison, ma position, mon scorpion

Trop tard, je plonge…

Et ben ! j’aurais jamais cru ça !

Une tasse de honte, un char de rage, une pincée de peur, un bol de douleur, une pelletée de colère, de la peine en vrac…

Et…ça ne fait plus mal déjà !

Adieu vieille carapace, je repars à zéro

Me voilà au fond de moi

C’est tout tapissé de doux, de fort, de beau dans mon nouveau bateau

J’suis au chaud, bien dans ma peau

J’entends les battements de mon cœur, je n’ai plus peur, je fonds sous la langue

C’est bon ce plongeon tout au fond, j’en redemande…

Tu peux approcher, m’aimer, y’a pas de danger, j’suis libéré

Vive l’amour libre et les nouveau-nés !

Publicités

L’inspiration du jeudi

« …la seule manière de bien paraître est de bien faire paraître les autres en nous validant les uns les autres et en prenant soin des idées des autres. Ça veut dire que tout ce qu’on entend est l’idée la plus importante au monde. On va être affectée par elle, l’utiliser et la rehausser. C’est un travail d’ensemble : où nous coulons tous, où nous nageons tous. »

Traduction maison d’un texte de Charna Halpern sur l’impro théâtrale dans Art by committee

 Autrement dit, pour libérer le meilleur de vous, vous devez participer à l’épanouissement du meilleur des autres!

Comment? En recevant ce qu’ils vous présentent comme un présent et en offrant ce que ça soulève en vous comme un don. De la création amoureuse à l’état pur!

Voici maintenant une pratique enjouée pour vous extirper du mental isoloir et devenir un canal pour la magie amoureuse et créatrice ambiante.

Choisissez une personne ou un projet à qui vous n’offrez pas votre pleine présence ou à qui vous souhaitez un p’tit séjour en enfer, question de la réformer un tant soit peu.

Rappelez-vous avec tendresse que tout est parfait pour aimer et créer, tournez votre alliance de création amoureuse dans votre doigt puis chantonnez sur tous les tons  et en faisant quelques steppettes de votre cru, cette incantation magique :

– Ôôôôh, je me demande quelle belle possibilité amoureuse et créatrice est cachée spécialement pour moi dans cette interaction???

Écrivez ensuite, sur des bouts de papier différents, plusieurs petits mots doux, du genre que vous aimeriez recevoir.

Soufflez quelques ballounes, attachez un mot doux à chacune d’elles, puis lancez-les dans les airs en imaginant que vous les envoyez à cette personne qui vous les renvoie à son tour avec bonheur.

S’il vous vient une impulsion généreuse et/ou farfelue pour bien faire paraître cette personne, suivez-là sans tarder : le ridicule librement consenti par amour tue le mental isoloir!

P.S. Ma conférence s’est bien déroulée… j’ai eu du plaisir et les gens aussi si je me fie à leurs sourires en partant et à leurs rires pendant.


L’inspiration du jeudi!

 

« …il n’y a pas d’artiste à temps partiel, il n’y a pas d’artiste qui renonce à la souveraineté de l’art sur sa vie. Il n’y a qu’un engagement sans repos à la recherche de cet état d’émerveillement…

 Georges Leroux, Partita pour Glenn Gould

 S’engager à vivre cet état d’émerveillement, c’est être ouverts à découvrir du beau, du bon et du nouveau dans tout ce qu’on vit.

Ça veut dire aborder ce que la vie nous présente, et ce que ça touche en nous, avec la conviction que tout est parfait pour aimer et créer.

La merveille, c’est que quand on s’engage et s’ouvre ainsi, on a accès à un monde de possibilités inespérées qui était invisible et inaccessible pour nous auparavant.

L’autre merveille c’est que chacune des pratiques du Cœur Créateur développe votre don pour l’émerveillement.

En les faisant régulièrement vous deviendrez des artistes à plein temps.

Comme c’est mon anniversaire en fin de semaine, je prends congé d’écriture! Vous ne recevrez donc pas de billet lundi.

Que diriez-vous à la place de m’écrire une découverte que vous avez faite en lisant ce blogue, une expérience qui vous a surpris, émerveillés?

Je me sentirais pas mal gâtée!


Inspiration du jeudi

 

Les plus graves problèmes sont comme des lacets d’enfant mouillés: plus on tire dessus plus ils sont impossibles à dénouer.

Christian Bobin

Vous tirez sur les lacets de vos problèmes quand vous vous efforcez de les éliminer parce que vous vous juger, vous blâmez de les avoir.

Pour les dénouer soyez plutôt curieux, ouverts, bienveillants face à eux.

Comment? En vous disant qu’ils sont parfaits pour aimer et créer, bien sûr!


Lâcher prise c’est bien beau, mais comment on fait ça?

Lâcher prise c’est bien beau, mais comment on fait ça?

 Je vous ai demandé dernièrement de m’écrire les commentaires et les questions qui vous viennent quand vous lisez mes billets. Au début, j’ai reçu une couple de beaux courriels et pas de questions. Hooonnn…

Qu’a fait l’héroïne ici présente? S’est-elle arraché les cheveux en s’écriant, je le savais, je n’en vaux pas la peine, en voici la preuve… non écrite, s’est-elle jetée à corps perdu dans la drogue, le sexe et les crottes de fromage pour oublier sa déception, a-t-elle profité de la promotion du frère André au royaume des saints pour lui promettre un pot de vin, s’il répondait à ses vœux?

Non! Elle a choisi d’exercer sa plus grande liberté : celle d’aimer, de créer et de jouer, en gardant les portes de son cœur, de son corps et de son esprit grandes ouvertes.

Qui dit ouverture dit lâcher prise : sur la forme qu’aura la réponse à nos vœux, les chemins qu’elle empruntera et le temps qu’elle prendra pour se montrer le bout du nez.

C’est le temps d’apprendre à barboter et nager dans les mystères de la création amoureuse. C’est l’art qu’enseigne Le Cœur Créateur : passer des fixations, contrôles et limitations du mental isoloir à la générosité, la fluidité vibrante et l’inventivité du flot créacoeur.

Vous voulez la recette?

Primo, ne prenez pas cette pratique trop au sérieux. Elle réussit quand on la fait avec la légèreté d’une bulle, la curiosité d’un enfant et la souplesse d’un élastique.

Secundo, lâchez un instant ce à quoi vous vous cramponnez à l’extérieur de vous, comme un noyé à son sauveteur. Vous allez le faire couler et vous avec!

Quand ça ne répond pas dehors, c’est le temps de prendre l’appel en dedans.

Et, comme je l’ai écrit dans le chapitre sur l’échec créacoeur, il faut un minimum d’ouverture, d’abandon, de connexion à soi pour recevoir et jouir de ce qu’on désire.

Maintenant que vous avez les mains libres, rentrez au bercail pour faire une p’tite saucette amoureuse et créatrice chez vous.

 Comment? En disant oui et à ce que vous vivez et désirez. Ça va vous décrisper.

 Dilatez d’abord votre cœur et tendez une main chaleureuse  à la vérité vibrante de ce que vous sentez (celle dans laquelle vous avez écrit le mot bienvenue, à la fin du billet précédent, Éloge de la folie créatrice et amoureuse).

 Gardez l’autre ouverte  pour épouser et soutenir ce que vous souhaitez (celle dans laquelle vous avez écrit les mots dans la danse).

 Faites ensuite les yeux doux à l’inconnu avec une curiosité ouverte et détendue.

 Puis dansez avec l’imprévu en suivant à la trace vos inspirations et vos élans.

 Vous voulez savoir la suite de mon histoire et comment j’ai pratiqué cet art?

 J’ai tendu la main à ma déception pour lui faire la bise et écouter son histoire.

Ça m’a rapprochée encore plus de mon besoin essentiel et incitée à l’adopter pour de bon : mon besoin d’échanges en direct avec vous.

Ce qui m’a rendue alerte aux inspirations et aux élans qui ont émergé en réponse, entre autres, en parler avec quelques-uns d’entre vous.

Et voilà que, dans une séance avec un couple, je sors une phrase bien sentie: quand on reste accrochés à quelqu’un qui ne peut pas nous donner ce qu’on souhaite, c’est qu’on n’est pas prêts à le recevoir.

J’ai soudain l’impulsion d’aller écrire ce trait de génie sur facebook. Ce que je fais le soir même. Deux heures plus tard, le Cœur Créateur a opéré sa magie.

Croyez-le ou non, le Père Noël s’est pointé sur facebook avec sa poche de cadeaux: un attroupement de réactions et de questions sur le lâcher prise qui m’ont inspiré ce billet.

Quelqu’un m’a bravement nommé sa peur de lâcher prise et une autre sa difficulté.

Tadam! Je tenais le sujet du prochain billet : pourquoi a-t-on parfois si peur et pourquoi  est-ce si dur de lâcher prise?

En attendant, rappelez-vous : quand ça ne répond pas comme vous voulez dehors, c’est le temps de prendre l’appel en dedans.

Alors, desserrez les poings, soyez fluides comme les p’tits poissons des chenaux, plongez en dedans pour dire oui et avec cœur à ce que vous vivez et souhaitez et suivez la piste de ce qui vous fait vibrer pour danser avec l’imprévu.

Et si vous n’y arrivez pas? Eh bien, lâchez prise et acceptez de ne pas y arriver! Il y a sûrement un ne pas ou une peur qui se cachent dans votre brousse intérieure et qui vous font forcer du nez …. À suivre…

J’oubliais! Depuis, j’ai reçu d’autres commentaires, par courriel ou directement sur le blogue. Allez les lire si ce n’est pas fait!


Voulez-vous une « date » avec le Cœur Créateur (2ième partie)

Voulez-vous une date avec le Coeur Créateur (suite)?

Reprenons le fil du dernier billet…. Est-ce qu’être en état de découverte amoureuse pendant votre rendez-vous, ça veut dire que vous allez rester béate devant ce mec et gober toutes les mouches qui passent?  

Eh non! Ça signifie que si votre prince n’est pas charmant ou s’il ne réagit pas comme vous désirez, vous allez rester ouverte et dire oui et au lieu de dégainer votre cynisme, votre « je l’savais que ça marcherait pas, ça marchera jamais! », de jouer la carte du « ça m’fait rien, de toute façon j’ai pas besoin d’un con comme lui! », d’accuser votre charme ou votre conversation d’être déficients, de faire du boudin en quantité industrielle, de vous mettre à imaginer des cors aux pieds et des verrues au cœur à ce malotru ou de le jeter en pâture aux lions…

Bref, vous choisissez de vous faire du bien et de découvrir du nouveau chez vous au lieu de vous renfrogner ou vous refermer en réaction contre l’extérieur..

Qu’esse ça donne? Que des bonnes choses : votre créativité, votre spontanéité et votre amour accourent sur les chapeaux de roue, le Cœur Créateur itou et tout devient possible.

Comment dire oui et si ce primate ne semble pas intéressé par vous alors que vous fondez déjà pour ses fossettes?

Commencez par faire les yeux doux à l’inconnu et à danser avec l’imprévu en vous disant avec la tendresse que vous aimeriez entendre dans la voix de ce bel inconnu :

– ce que je vis présentement est exactement ce que j’ai besoin d’embrasser pour recevoir ce que je désire d’une manière inespérée,

ou,

– ceci est parfait pour aimer et créer

ou,

– je me permets de  recevoir du beau du bon et du nouveau de cette situation pour me rapprocher de moi, de mon désir et de mon entourage

Imaginez qu’un ruban avec une grosse boucle rouge entoure cet homme et ce que vous ressentez. Vous ferez d’une pierre deux coups : vous serez réceptive au cadeau contenu dans cette situation et vous  mettrez de la légèreté, de la fantaisie dans tout ça.

Dites ensuite oui et à ce que vous vivez, sans le juger, et laissez émerger ce qui vous vient spontanément suite à cette accolade salutaire. Exprimez-vous à partir de ce nouvel espace si le cœur vous en dit. Laissez-vous surprendre…

En restant ainsi ouverte, vous allez vous sentir plus vulnérable. Réjouissez-vous : c’est justement ce qui nous rend tous attirants de manière désarmante! C’est aussi ce qui rend la qualité de notre présence bienfaisante, captivante et contagieuse.

Si vous désirez explorer plus en profondeur l’art d’embrasser la vérité du cœur, de faire les yeux à l’inconnu et de danser avec l’imprévu, eh oui! vous devrez acheter Le Cœur Créateur, en vente dans les bonnes librairies.

Voulez-vous savoir ce qui va arriver si vous vous braquez ? Suite au prochain billet…

N’hésitez pas à envoyer ce texte à vos ami(es) et vos ennemi(es), ça pourrait leur faire du bien et à vous aussi!


La découverte amoureuse c’est pas juste pour les bébés!

Regardez d’abord ceci avant de lire ce que j’ai écrit : http://www.youtube.com/watch?v=tAFDux0UL9c

Est-ce que ce bébé vous captive, vous égaye et vous attendrit autant que moi?

Quand j’ai vu cette vidéo, je me suis dit, le sourire encore accroché aux lèvres : quelle illustration concrète, simple et réjouissante de l’état de découverte amoureuse! La preuve que cette manière d’être est naturelle pour nous.

Si vous l’observez, vous verrez que ce bout d’chou avec sa couche qui pend et ses p’tites pattes en l’air, vit l’état de grâce des créateurs, des mystiques et des leaders consacrés à leur passion et leur vision: il est entièrement absorbé dans l’instant, il découvre au fur et à mesure ses pas de danse, il fait un, ou il est en amour, avec ce qui le fascine sur l’écran et les mouvements que ça lui inspire.

Il y a de l’espoir pour nous, on a tous vécu de ces moments!

Alors pourquoi c’est si difficile de le vivre maintenant, me direz-vous? Ha, ha! Familleprix! C’est qu’en réaction contre les coups durs, les coups bas et les coups au cœur qu’on a eus dans notre famille, on s’est construit un édifice tarabiscoté et barricadé de négations-obstructions-flagellations-accusations-compétitions.

C’est le mental isoloir, ce ti-Jo connaissant qui est dans le champ les trois quarts du temps. Il nous coupe du flot naturel de nos inspirations et de nos connexions amoureuses en nous faisant croire qu’il peut nous éviter tout échec, rejet, inconfort, ou blessure!

S’il s’en était déjà construit un, ce bambin se dirait sûrement : oh mon Dieu! ma couche pend beaucoup trop, ah non! ma jambe ne s’est pas levée du bon côté, c’est pas juste, elles dansent mieux que moi, ou, on rit de moi  alors je ne bouge plus!

La clé pour échapper au mental isoloir? Choisir de laisser le goût d’aimer et de créer prendre le dessus sur ses jugements, ses fermetures et ses peurs en série.

Alors, que diriez-vous de faire la première cure du Coeur Créateur : ne rien retourner contre vous ou contre les autres pour inclure tous vos états intérieurs et vos situations extérieures dans la ronde de la création et de l’amour?

Vous êtes prêts? Cette semaine, face à vos malaises, vos bons coups, vos obstacles… dites : ceci est parfait pour aimer et créer pour la plus grande joie de tous. Ouvrez-vous ensuite avec curiosité et bienveillance à ce qui se passe. Bonne découverte amoureuse!

Pour connaître d’autres pratiques et  en savoir plus sur ce fameux Cœur Créateur, vous pouvez acheter Le Coeur Créateur chez Biosfaire ou Renaud Bray!

Pour ceux et celles qui ne les ont pas encore vues, les photos du lancement du Cœur Créateur sont plus bas dans Older Entries (jai pas encore trouvé pourquoi c’est écrit en anglais???)