Parfaits ou libres d’être ce qu’on est?

IMG_0874Denise Noël

Voici un extrait, adapté pour ce blogue, d’un passage du livre que je suis en train d’écrire.

Si tout va bien, ce livre, plus court, simple et concret que mes 2 autres, sera illustré!

 

Pour partir du bon pied

et vous rendre où vous voulez

épousez votre réalité telle qu’elle est

faites les yeux doux à votre vérité

même si elle n’est pas maquillée

pas comme vous voulez,

si vous l’épousez sans la trafiquer

avec coeur et curiosité

elle va vous libérer, vous faire vibrer, vous harmoniser

et vous accorder à ce que vous souhaitez

 

« Vous avez tendance à snober et rejeter ce que vous vivez, sous prétexte que ce n’est pas assez hot, cool, beau, brillant, gentil, évolué, fort ou extraordinaire ?

Vous vous sentez éteints, vides, déconnectés, à côté de vos bottines, imposteurs?

Vous êtes coincés entre « ou je suis parfait ou je suis rejet, ou je l’ai tout de suite ou je prends la fuite, ou je l’ai toute ou je l’ai pas pan toute »?

Vous vous mettez de la pression pour répondre aux attentes des autres et aux vôtres (Il Faut).

Quand vous n’y arrivez pas, vous ne vous sentez pas à la hauteur, pas assez?

Vous vous tapez alors sur la tête et vous n’avez plus le goût de jouer (Fuck You)?

 

Pourtant, rejeter ce qui vous habite est la crazy glue qui vous cimente à vos malaises et vos cercles vicieux!

Plus vous luttez contre ce que vous vivez, plus ça vous colle après, plus ça prend du pouvoir sur vous, plus vous êtes tendus, coupés de l’effervescence de la vie, pris dans un univers inhospitalier et plus la joie vous file entre les doigts.

Au contraire, en embrassant ce qui se passe maintenant en vous, vous serez libres d’être amoureusement imparfaits, vrais, vivants, uniques et présents!

Vous pourrez alors capter les élans, les inspirations, les mouvements de vie qui émergent de cette connexion pour avancer sur le chemin unique qui vous rapproche de votre coeur et de ce qui vous tient à coeur.

 

Il  y a une clé pour libérer la vitalité de votre vraie présence et de vos inspirations, à partir de ce que vous vivez dans le moment.

Grâce à cette clé, fini de juger et rejeter ce que vous êtes ou n’êtes pas, ce que vous sentez ou pas, plus besoin de pédaler dans votre tête pour être plus ceci ou cela!

Terminés les  » pourquoi ça m’arrive à moi, qu’est-ce qui marche pas avec moi, j’aurais donc dû, maudit que je suis poche, looser, pas rapport! »

 

La pratique

Que ce soit négatif ou positif, laid ou beau, fort ou faible, glorieux ou honteux, je vous invite à utiliser la clé simple et concrète qui suit face à ce qui est présent en vous.

Elle va vous connecter à votre nature amoureuse et créatrice pour entrer en relation avec ce qui se passe en vous d’une manière qui vous comble, vous surprend, vous anime…

Elle va vous ouvrir avec coeur et curiosité à ce qui a besoin d’être aimé et libéré en vous face à ce que vous rencontrez…

et vous permettre de découvrir de nouvelles avenues dans ce qui vous heurte ou vous frustre.

Enfin, vous pourrez exprimer votre vérité, sans vouloir avoir raison, avec une qualité de présence qui fait toute la différence, pour vous et pour les autres!

Vous êtes prêts?

1- Dites avec un grand soupir de soulagement, en laissant glisser votre attention sur l’expiration et en faisant vibrer le ahhh dans votre corps:

– ahhh… ce qui m’habite maintenant est parfait pour aimer et créer!

Attention, le soupir de soulagement et les ahhh vibrants  sont aussi importants que les mots!

Ils vous sortent de votre tête, déposent votre attention dans votre corps vibrant (gorge, poitrine, ventre) et vous connectent avec un abandon libérateur à ce qui vous habite.

En restant ouverts et curieux face à ce que vous ressentez dans votre corps, vous vous brancherez à votre source de vie, d’amour et d’inspirations.

Vous passerez peu à peu d’absents à présents, d’éteints à vivants, de forcés à naturels, de contractés à détendus.

Répétez ces mots en faisant vibrer vos ahhh jusqu’à ce que vous sentiez une éclaircie, une respiration, un apaisement, une vitalité, un élan, une inspiration…

Restez attentifs, sans forcer, à ce qui émerge spontanément que ce soit des émotions, des mots, des inspirations, des élans, des mouvements.

 

Vous pouvez ensuite vous demander:

– qu’est-ce qui a besoin d’être aimé ou libéré en moi face à ce que je rencontre maintenant?

Pas besoin d’avoir une mega estime de soi ou des capacités spéciales pour faire cette pratique.

Il s’agit plutôt de recevoir tout ce qui nous vient comme des dons de la vie qui visent à nous rapprocher de notre coeur et de ce qui nous tient à coeur.

Et si ça ne marche pas pour vous? Eh bien, ouvrez-vous avec coeur et curiosité à ce que vous ressentez face à cet échec en disant:

– ahhh… c’est parfait pour aimer et créer!

Qui sait quelle belle possibilité de vous aimer, vous libérer et vous exprimer  vous pourriez découvrir à travers cet échec?

 

2- Puis, en observant le niveau de votre vitalité, demandez-vous quel en est le degré entre 0 et 10.

0: « j’ai  juste le goût de m’effoirer devant la télé en mangeant des chips ou du chocolat pour le reste de vie »

5:  » c’est correct, je fonctionne mais je n’ai pas vraiment de pep dans la foulée ou d’étoiles dans le yeux »

10: « j’ai une joie, un élan, une flamme qui m’animent de l’intérieur, qui me donnent le goût de fredonner, faire une p’tite danse, sourire, aimer tout le monde, créer du beau et du bon. »

Si c’est moins que 10, demandez-vous ce que vous avez besoin de laisser émerger ou s’exprimer pour monter d’un ou deux degrés ou pour être à 10.

Écoutez et suivez ce qui vous vient:

que ce soit un goût de danser, chanter, courir tout nu dans le salon, rire, pleurer, vous laisser toucher, exprimer une vérité, un besoin, de la gratitude, lâcher un contrôle, essayer quelque chose de nouveau en vous permettant l’erreur, faire des hugs à vos proches, suivre un élan…

 

Vous pouvez faire cette pratique en prenant le temps d’écouter ce qui se passe en vous, ou au coeur de l’action et de vos interactions, pour vous laisser surprendre parce ce qui va émerger de ce contact libérateur.

 

Les clés de mon prochain livre 

vous font faire un mariage heureux entre votre nature amoureuse et créatrice et ce que vous vivez maintenant pour vous sortir de vos impasses et retrouver votre liberté d’être, d’aimer et de créer dans la joie.

Les participants d’un groupe d’Improrelations les pratiquent quotidiennement et quand ils les font à fond, ils ont des des résultats aussi surprenants que réjouissants.

 

Rappelez-vous!

Vous ne pouvez  pas obliger la vie ou les autres à se conformer à vos attentes, mais vous pouvez découvrir des perles dans ce que vous vivez, en l’abordant avec des attitudes et des intentions créatrices et amoureuses.

Ce n’est pas ce que vous vivez qui vous rend mal ou bien, c’est Qui en vous l’aborde, dans quelle intention et avec quelle attitude.

Donnez-m’en des nouvelles!

Et si vous vous rappelez des moments où vous vous êtes enlevés du chemin pour vous laisser porter par une impulsion amoureuse et créatrice, racontez-nous comment ça s’est passé dans les commentaires vous risquez d’en inspirer d’autres!

 

 

 

Publicités

19 réflexions sur “Parfaits ou libres d’être ce qu’on est?

  1. Marie-Paule

    J’espère que ton prochain livre contiendra tes illustrations, elles sont vivantes, me font du bien, sont touchantes et drôles à la fois. Ton billet est salutaire pour moi ce matin, il me fait revenir à moi même après un gros tourbillon de vie. Je plonge dans la pratique.
    merci Denise!

  2. Gian

    Bonsoir Denise!! je suis content de lire comment tes vacances ont été reposantes, même si on c’était vu après, je t’imagine écrire et profiter de la vie au bord du fleuve et ça me rend joyeux… :)!!
    En lisant ton dernier signet, je me suis surpris à sourire quelque fois. Depuis que tu nous as proposer cette pratique, je ne reconnais plus mes journées….ça me « force » à rester branché à mon corps et surtout, je me rends compte combien ça m’aide à rester connecté, à ne pas tomber dans une paresse si je peux m’exprimer ainsi.

    J’aimerais partager ce qui m’est arrivé hier soir justement en relation avec cette pratique. J’étais dans un cours de jeu et en lisant la scène avec ma partenaire, je me suis pris à me refermer et le prof présent me l’a fait remarquer. Comme je n’avais pas joué depuis quelques mois, je me suis senti refermer encore plus suite à la remarque de celui-ci. Mais peu de temps après, je me suis surpris à tomber dans ta pratique Denise, ça m’a tellement connecté à mon malaise que je vivais que j’ai senti une ouverture pour celui-ci au lieu d’un rejet du revers de la main. J’ai pris le temps qu’il fallait et je me suis finalement laisser tomber dans ce vide….c’était tellement trippant et quel revers de situation. J’ai instantanément reconnecté avec ma partenaire et j’ai eu un plaisir fou!! Les pulsions venaient de partout et j’ai totalement perdu le contrôle….maudit que ça m’a rendu heureux…. au lieu de me refermer à ce que je vivais, je te sentais pas trop loin de moi qui me disait: « bon t’a fini le drame??…c’est pas la fin du monde tu vois??….alors vas-y, lances-toi, amuses-toi et tripe!!!….même au risque que de te « tromper »….

    Alors je voulais partager cela ce soir Denise avec toi et tes lecteurs. Cette pratique est en train de s’intégrer dans ma vie de tous les jours et j’y prends de plus en plus le goût!!
    un abbraccio
    Gianxxxxx

    • Denise Noël

      Merci Gian de nous faire part de tout ce que cette pratique t’a permis de vivre de bon et de nouveau, quitte à perdre le contrôle.
      C’est inspirant… cette ouverture et cette connexion qui sont venues de ton abandon à ton malaise.
      Il faut croire que ça vient avec la pratique :)))!
      J’aurais pas pensé qu’un exercice d’abandon puisse venir à bout de la paresse…
      Denise xx

      • JF

        Oui merci Gian pour ce partage. Ça me parle beaucoup. Je me suis beaucoup reconnu dans ta réaction de fermeture face à un malaise. Ce type de situation m’arrive parfois et je me ferme solide, à chaque fois.Bref, ton partage me fait du bien. Ça m’inspire.

        JF

  3. Rose

    merci Denise,
    j’ai lu ton blogue, ta petite bonne femme m’a touchée Denise! j’ai tout le temps envie de les prendre dans mes bras tes petites bonnes femmes , elles nous ouvrent la voie vraiment, nous mettent la table, nous montrent l’attitude, nous donnent le goût et j’ai eu envie de m’imaginer comme ça, le coeur dans mes mains à pousser de grands ahhh…. pour accueillir toutes les petites bonnes femmes qui se pointeraient en moi! puis je me suis étendue pour les faire à mon aise, avec des grandes respirations et de longs « ahhhhh » qui résonnaient dans mon dos, ma colonne, mes épaules… et ce qui est venu c’est:  » Dieu que je suis fatiguée, épuisée…  » et fouillez moi pourquoi j’ai souri, j’avais les jambes chaudes et ça picotaient… je suis fatiguée dans mon corps et ça m’a fait tellement du bien de simplement le dire, l’accueillir, j’ai eu l’impression de fondre dans mon matelas… je suis reste là 20 minutes à faire des grandes respirations comme des vagues avec des sons aussi, ma tête s’est aérée… je me suis relevée et vraiment, même si je sens la fatigue, je me sens tellement plus en énergie!
    Denise je viens de découvrir grâce à toi, une façon de faire des détentes… moi qui suis incapable de vraiment entrer dans un sommeil en faisant une sieste, faire des grands « ahhhhhh c’est parfait.. »
    avec des respirations et expirations sonores… c’est vraiment génial!
    alors, je me sentais à 10 après ça..et je constate que la fatigue n’empêche pas de se sentir à 10… c’est de nier la fatigue qui m’éteint!!

    Rose

    • Denise Noël

      Merci Rose de cette belle variante sur les ahhh sonores et vibrants!
      Tu as raison, la fatigue n’empêche pas de se sentir à 10 parce que ce n’est pas tant le contenu de ce qu’on vit qui compte mais qui en soi l’aborde, dans quelle intention et quelle attitude!
      En t’abandonnant avec coeur à cette fatigue, tu as rejoint ta source de vitalité, yé!

  4. Jean-François

    En fait, ce qui m’a raccroché, c’est l’exercice. C’est du concret et c’est ce que j’avais besoin. Je l’ai fait à quelques reprise dans la journée. Dieu sait que j’en ai besoin ces temps-ci… et bien, ça me fait du bien cet exercice. « Ahhhh, ce que je vis est parfait pour aimer et créé. » C’est fou, on dirait que ma tête relâche quand je fais ça. Même que je remarque qu’après, je passe à autre chose. Tout simplement. Bref, je vais continuer, mais à date les résultats sont vraiment surprenant. Aussi simple que ça, c’est comme un auto-pardon et un « on redescend de la tête tout le monde! ».
    JF

    • Denise Noël

      Oui tu as raison c’est comme un auto-pardon qui nous fait descendre de nos tête pleines de jugements et de condamnations pour rejoindre la limpidité du contact avec soi, tel qu’on est maintenant.
      Merci JF
      Denise

  5. Marika

    Wow, tellement à point ton blogue, Denise !

    « Pour partir du bon pied épousez la réalité telle qu’elle est, faites les yeux doux à votre vérité même si elle n’est pas maquillée, pas comme vous voulez, si vous l’embrassez sans la trafiquer elle va vous libérer, vous faire vibrer et vous accorder à ce que vous souhaitez ».

    Merciiiii !

  6. Eugénie

    Merci Denise pour le rappel de cette pratique; elle tombe à point et elle me fait toujours tant de bien.

    Depuis quelques jours, je me sens coincée, fermée, jammée ben raide, prise entre les deux FF, isolée.

    Je me sens fatiguée et drainée alors que je suis full énergie.

    J’ai pris le temps de faire les longs ahhhhh…. et je me rends compte de toute la force qu’il y a dans ma poitrine, dans ma gorge, dans mon ventre… on dirait que mon ahhhh… veut briser des murs… oui, c’est ça, briser les murs et les barreaux de ma prison. y’a plein d’énergie disponible mais elle est toute jammée dans ma tête, occupée à pas être là pour les autres et pour moi.

    Dans mon ahhh… tout est parfait pour aimer et créer, je sens un grand « splash », mon coeur qui a envie de voler, de virevolter, de s’amuser, qui a besoin de partager de la joie plutôt que d’être enfermé dans mes malheurs. Mon coeur qui bat a aussi envie d’accueillir avec compassion ce que je vis de difficile plutôt que de me juger avec condamnation aux travaux forcés.

    je sens mon niveau de vitalité remonter…

    j’aime ça l’image de Jean-François: l’auto-pardon. c’est vrai que ça nous sort de la tête!

    Eugénie XXX

    p.s. moi aussi je vote pour tes illustrations que je trouve super chouettes… j’ai toujours envie de les prendre dans mes bras:)

    • Denise Noël

      Bienvenue Eugénie.
      Ah les ahhh ont l’air de faire toutes sortes de belles et bonnes choses, comme briser les murs pour que ton coeur puisse s’envoler:)))!
      Merci pour le vote!
      Denise xx

  7. mc

    Merci Denise, tellement à point.
    pognée dans mes allergies,étourdies de trop de toutes à faire, envie de mordre…je te lis, je fais des has dans mon bain et j’ai une douce caresse de vibration….je repsire mieux, moins pognée….j’arrive a me calmer un peu, les choses semble moins grave, le verre un peu moins plein…ouf….merci tellement ma chere Denisexxxmc

    • Denise Noël

      Une douce caresse de vibration, j’aime ça et dans le bain en plus j’espère que ça a fait des belles petites vagues de tendresse :)))!
      Denisexx

  8. Louise

    Bonjour Denise,

    Tes commentaires me touchent particulièrement car je suis en chimiothérapie pour un cancer du sein et ça se passe très bien, j’ai une bonne énergie, je suis active et mon humeur est bonne en général.

    Cela vient en partie d’accueillir la chose comme étant bonne pour moi, malgré les apparences. Bien sûre du jour 1 à maintenant, il y a eu une évolution et comme dit la chanson « ce n’est pas fini ».

    Merci pour ton billet,

    Louise xxx

    • Denise Noël

      Bienvenue Louise, je suis heureuse que mon billet soutienne ton courage et ta bonne humeur.
      Je comprends que c’est une évolution, qu’il y a sûrement des hauts et des bas, mais en gardant ton cap sur la bienveillance
      face à ce que tu ressens et sur l’ouverture à recevoir du bon, tu ne peux pas faire fausse route.
      Je te fais un hug à distance.
      Denise xxx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s