Savez-vous pourquoi plus on aime à fond, plus on est créateurs et… moins on se fait mal?

 

Savez-vous pourquoi plus on aime à fond, plus on est créateurs et… moins on se fait mal?

  Quand j’anime un groupe d’Improrelations, il y a toujours un moment fatidique où une vérité vibrante, éveillée par ce qui se vit dans le groupe, tire sur la manche de mon attention.

Si je veux être présente et donner tout mon jus, je dois m’y abandonner et l’exprimer. Pour qu’un groupe soit dans le flot ensemble, chacun doit être pleinement engagé. Comme je fais partie de la tribu, bibi aussi!

À mon tour alors de plonger, d’être vulnérable et d’ajouter mon grain de sel à la soupe cosmique qu’on mijote ensemble. À moi d’avoir besoin des autres pour aimer et créer pour la plus grande joie de tous.

Mon mental isoloir, sur le point de s’évanouir, me rappelle en catastrophe que je suis l’animatrice (comme si je l’avais oublié!) que si je me lance, je vais chiper du temps d’antennes à mes pôôôvres participants qui en ont tant besoin (il se déguise en Mère Teresa pour mieux m’avaler tout rond comme le loup), que quelque chose d’incongru ou de honteux risque de sortir de moi sans crier gare comme un rot embarrassant.

À tout coup ça donne le contraire, alors je ne perds pas ma salive à discuter avec lui.

Au dernier groupe, à la suite d’une conversation au diner sur mon livre Le Cœur Créateur, ça y est, je sens l’appel : c’est le temps d’enrichir de ma voix unique les harmonies qui se tissent entre nous, en exprimant ce que cette jasette soulève chez moi!

Quand je m’ouvre ainsi, le Cœur Créateur en profite pour faire passer ses messages publicitaires sans m’avertir alors, je sais d’où je pars, mais pas où je vais ni par où je vais passer.

Croyant m’en sortir sans trop me faire brasser, je commence à parler posément, comme une vraie animatrice. Je me fais vite attraper dans le détour par la vraie vie : une immense bouffée d’amour pour mon livre.

Je m’entends dire, les yeux dans l’eau : « Je l’aime profondément ce livre, alors je ne suis pas à la merci du résultat extérieur. Et, si je l’aime tant, c’est parce que je lui ai donné tout ce que je pouvais lui donner.»

J’enchaîne en leur disant que, comme pour nos enfants, plus on s’investit à fond dans ses créations, en y mettant tout ce qu’on est et tout ce qu’on a, plus on les aime.

Que, contrairement à ce qu’on croit, plus on les aime, moins on est démolis quand l’extérieur ne les traite pas comme on le souhaite.

On peut en être attristés, mais on ne le prend pas personnel. Et, moins on le prend personnel, plus on est libres et donc créateurs.

Pourquoi? Parce qu’aimer nous sort de la bulle aliénante du mental isoloir, pour qui les jugements, les comparaisons et les compétitions sont des p’tits fours alléchants.

Quand on le laisse circuler en liberté à travers nous, cet amour nous attire hors de nos prisons, dans le flot passionnant de la vie qui nous comble et nous inspire d’instant en instant.

À l’inverse, quand on utilise ses créations et ses relations pour se faire lancer des fleurs, prouver sa valeur ou fuir son vide intérieur – en prenant ça pour de l’amour –  on est accros aux réponses, aux résultats extérieurs. Ça frappe d’autant plus fort quand ils ne correspondent pas à nos prévisions!

Rassurez-vous, aimer et se donner pleinement n’ont rien à voir avec se perdre dans l’autre ou faire ses quatre volontés. Comme je le dis dans Le Cœur Créateur, impossible d’offrir à son entourage le meilleur de soi si on se moule à lui pour ne pas déplaire ou faire de vagues.

Au contraire, comme dans toute improvisation, il faut être touttt là, dans sa vérité et son flot. Ça veut dire suivre et offrir ce qui émerge en soi d’authentique, de vibrant et d’unique en présence de son entourage.

Ce qui permet d’aller au bout de soi? Que votre intention de créer et d’aimer, prime sur tout le reste!

Une petite révision maintenant?

Plus on se donne pour contribuer à l’épanouissement de ses proches et ses créations, plus on les aime. Plus on les aime,  moins on le prend personnel quand ça ne tourne pas comme on le désire. Moins on le prend personnel, plus on est libres, amoureux et créateurs et… moins on se fait mal. Quel beau cercle vertueux!

Alors, adoptez votre intention de créer et d’aimer pour la plus grande joie de tous, sautez dans le train, aimez à fond de train et vous souffrirez beaucoup moins que si vous tentez de vous préserver et de vous protéger en regardant le train passer.

Quand vous rencontrez un obstacle, raccordez-vous à votre belle intention en disant :

Ceci est parfait pour aimer et créer pour la plus grande joie de tous!

Demandez-vous ensuite, avec cœur et curiosité :

 Qu’est-ce qui a besoin d’être embrassé et libéré en moi pour que je sente circuler le flot de ma vitalité, de mon amour, de mes inspirations?

Déboutonnez votre cœur, détendez votre esprit, décrispez votre respiration et faites les yeux doux à cette question sans vous mettre de pression. Vous découvrirez alors des perles dans l’adversité et vous pourrez aimer et créer de plus belle…

Publicités

8 réflexions sur “Savez-vous pourquoi plus on aime à fond, plus on est créateurs et… moins on se fait mal?

  1. Denise Noël

    Merci de me rappeler, encore et encore, de slaquer ma poulie, de me détendre et de regarder par la lucarne (ben oui, l’ouverture est pas toujours béante :-)) de mon coeur vibrant. Ça fait chaud tout à coup, et je me sens uni aux gens, à moi et à ce monde. Et ça me chatouille par ce que je contrôle pas grand chose. (grand rire dans moi :)))
    Merci. bonne journée.
    Jacques

    • Denise Noël

      Merci de m’écrire l’effet qu’ont mes billets sur ton toi-même Jacques!
      C’est toujours un bonheur de sentir que ça fait du bien aux gens et surtout que ça élargit la lucarne du coeur vibrant!
      Denise

  2. Encore une fois un billet pour la réflexion vivante.
    Suivre son mouvement créatif avec amour voilà le rythme que je donne de plus en plus à mon pas sur « mon petit bonhomme de chemin »…
    Merci d’en éclairer le trajet

    • Denise Noël

      J’aime votre phrase: suivre son mouvement créatif avec l’amour, Artemo. Ça doit vous faire une belle démarche sur votre chemin unique.
      Denise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s